Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 09:00

 

 

 

ISRAEL ET LES AUTRES

 

 

Les Palestiniens sont victimes d'une injustice inacceptable. Soit.

Depuis soixante ans, sans relâche, les médias du monde entier se focalisent sur ce conflit. On se dit tout de même que la rentabilité injustice/information est très faible, si l'on ne considère que le rapport entre le nombre de morts et la quantité de papiers et d'images déversés sur le monde en général, et les masses arabes en particulier.

Même rentabilité faible si l'on prend en compte la quantité de personnes concernées, importante certes, mais moins qu'en d'autres lieux de la planète. Quant aux atrocités commises, n'en parlons pas, une plaisanterie.

Au nombre de morts, de réfugiés, d'horreurs, il y a beaucoup mieux, un peu partout. Remarquons, à titre d'apéritif, qu'avec la meilleure volonté du monde, Tsahal aura du mal à exterminer autant de Palestiniens que l'ont fait, sans états d'âmes, les régimes arabes de la région, notamment la Syrie, le Liban et la Jordanie, qui n'en veulent pas, eux non plus, des Palestiniens, et qui ont peu de scrupules humanitaires lorsqu'il s'agit de s'en débarrasser.

 

Mais Israël est un coupable idéal, non seulement dans nos banlieues, mais en Europe en général. Nous le chargeons de toute notre mauvaise conscience d'anciens colonisateurs. Une poignée de Juifs qui transforme un désert en pays prospère et démocratique, au milieu d'un océan de dictatures arabes sanglantes, de misère, d'islamisme et de corruption, voilà un scandale. Il faut donc bien que cela soit intrinsèquement coupable, sinon où serait la justice ? L'injustice est avant tout israélienne. Ce n'est même pas un fait, c'est une métaphysique.

 

Cent chrétiens lynchés au Pakistan valent moins, médiatiquement parlant, qu'un mort palestinien.

Pourquoi l'injustice commise envers les Palestiniens reçoit-elle vingt fois plus d'écho que celle faite aux Tibétains, aux Tamouls, aux chrétiens du Soudan, aux Indiens du Guatemala, aux Touaregs du Niger, aux Noirs de Mauritanie ? Y a-t-il plus de gens concernés, plus de sang versé, une culture plus menacée dans son existence ? En fait, ce serait plutôt l'inverse. Que la Papouasie soit envahie par des colons musulmans qui massacrent les Papous et trouvent, en plus, inacceptable de voir les rescapés manger du cochon, voilà qui ne risque pas de remporter un franc succès à Mantes la Jolie. Que des sales Nègres, considérés et nommés comme tels, soient exterminés par des milices arabes au Darfour, les femmes enceintes éventrées, les bébés massacrés, voilà qui ne soulève pas la colère des jeunes des cités. Et c'est dommage : si l'on accorde des circonstances atténuantes à un jeune Français d'origine maghrébine qui s'en prend à un Juif à cause de la Palestine, alors il serait tout aussi logique de trouver excellent que tous les Maliens, Sénégalais ou Ivoiriens d'origine s'en prennent aux Algériens et aux Tunisiens. Voilà qui mettrait vraiment de l'ambiance dans nos banlieues. Le racisme franchement assumé des Saoudiens ou des Emiratis envers les Noirs, les Indiens ou les Philippins, traités comme des esclaves, ne soulève pas la vindicte de la tribu Ka, ni des Noirs de France. La responsabilité directe des Africains dans la traite des Noirs n'induit pas des pogroms de guinéens par les Antillais. Pourquoi seulement Israël ? A moins que la haine d'Israël ne soit que le paravent du bon vieil antisémitisme ; mais non, cela n'est pas possible, bien entendu.

 

Israël, 20.000 km2, 7 millions d'habitants, dont 5 millions de Juifs, est responsable du malheur des Arabes, de tous les Arabes, qu'ils soient égyptiens, saoudiens ou français. Israël est l'Injustice même. En le rayant de la face du globe, en massacrant les Juifs, on effacerait l'injustice. C'est bon, de se sentir animé par une juste colère. C'est bon, d'éprouver la joie de frapper et de persécuter pour une juste cause. Voilà pourquoi

 

il ne faut pas dire aux "jeunes des cités" que les deux millions d'Arabes israéliens ont le droit de vote, élisent leurs députés librement. Ne leur dites pas qu'Israël soutient financièrement la Palestine. Ne leur dites pas que des milliers de Palestiniens vont se faire soigner dans les hôpitaux israéliens.

Ne leur dites pas que l'université hébraïque de Jérusalem est pleine de jeunes musulmanes voilées.

Ne leur demandez pas où sont passés les milliers de Juifs d'Alexandrie. Il en reste trente aujourd'hui.

Ne leur demandez ce qu'il est advenu de tous les Juifs des pays arabes. Ne leur demandez pas s'ils ont le droit au retour, eux aussi.

Ne leur demandez pas quelle est la société la plus "métissée", Israël ou la Syrie. Ne leur dites pas que, s'il y a de nombreux pro-palestiniens en Israël, on attend toujours de voir les pro-israéliens dans les pays arabes.

Ne leur dites pas que le négationnisme ou l'admiration pour Hitler ne sont pas rares dans les pays arabes ;

Ne leur dites pas que, du point de vue des libertés, de la démocratie et des droits de l'homme, non seulement il vaut mille fois mieux être arabe en Israël que juif dans un pays arabe, mais sans doute même vaut-il mieux être arabe en Israël qu'arabe dans un pays arabe.

Ne leur dites pas qu'Alain Soral, du Front national, qu'ils détestent tant, est allé manifester son soutien au Hezbollah, qu'ils admirent si fort.

Si on leur enlève la méchanceté d'Israël, que deviendront ceux d'entre eux qui s'en prennent aux feujs, sinon des brutes incultes, bêtement, traditionnellement antisémites ? Il ne faut pas désespérer Montfermeil.

 

Mais après tout, on peut tout de même essayer de leur dire tout cela sans trop de risque. Ils traiteront l'informateur de menteur, d'agent du Mossad, de représentant du lobby sioniste ou de raciste. Ils auront raison. Pourquoi se défaire de la commode figure du Croquemitaine responsable de toute la misère du monde ? Elle évite de s'interroger sur ses propres insuffisances.

 

Pierre Jourde

Pierre Jourde est romancier, essayiste,

Critique littéraire,

Professeur à l'université de Grenoble III,

 

 

Repost 0
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 08:28

    La Mezouza

Grand-Rabbin Michel Gugenheim

Le contenu

La Mezouza est constituée de deux extraits du Deutéronome (VI,4-9 ; XI,13-21) écrits sur un parchemin qui font aussi partie intégrante d’une prière récitée bi-quotidiennement : le Chema’. Ces quelques versets renferment l’essentiel de la foi juive : proclamation du monothéisme et de l’amour de D.ieu, affirmation de l’importance de l’étude et de l’enseignement à ses enfants de la Torah, engagement formel de se soumettre aux commandements divins, et de traduire ainsi les sentiments de la crainte et de l’amour de D.ieu par des actes concrets, par l’observance scrupuleuse des mitsvots (N.D.L.R. : les commandements. Singulier : Mitsva.) dans leur totalité et leur intégrité.

Signification

Ainsi, apparaît clairement la signification première de la Mezouza : à travers elle, chaque juif proclame et affiche publiquement quel est son mot d’ordre, son grand projet, son programme pour la vie. Telles des armoiries gravées à l’entrée d’un palais, elle annonce à tout venant la caractéristique de la maison : un lieu où D.ieu est sans cesse présent, où tout se qui se déroule est orienté vers Lui, s’intègre dans une conception religieuse - un " Miqdach Mé’at ", selon l’expression biblique : un sanctuaire en miniature (Ezéchiel 11/6).

Un emplacement important

De plus, de par sa situation " stratégique ", la Mezouza est dotée d’une force considérable d’évocation et de rappel à l’ordre. Comme le souligne Maïmonide, " chaque fois qu’il entre et qu’il sort, [le juif] rencontre l’Unité du Nom du Saint Béni Soit-Il, il évoque son amour pour lui et il se réveille de sa torpeur et de son engouement pour les vanités temporelles. Il réalise alors que rien ne dure éternellement sinon la connaissance du " Rocher éternel ". Aussitôt, il se ressaisit et marche dans le droit chemin " (Hilkhot Mezouza VI, 13).

Un gage

Cette mitswa exceptionnelle appelle une rétribution exceptionnelle : fait unique en son genre, le Choul’hane ‘Aroukh dans un chapitre (Yoré Déa, 285) intitulé " la récompense de la mitswa de la Mezouza " stipule : " quiconque l’observe scrupuleusement, verra ses jours et ceux de ses enfants prolongés, dans le cas contraire, ils seront abrégés ". C’est dans cet esprit aussi que s’est répandue la coutume d’écrire au verso de la Mezouza le mot Chaddaï, un des noms de D.ieu, qui représente aussi le sigle du titre : " Chomer Daltot Israël " - Gardien des Portes d’Israël. Cependant, s’il est indéniable que la Mezouza constitue un gage de sécurité pour le foyer, ce n’est pas le désir de cette protection qui anime et guide l’observant : c’est la conscience de la valeur et de la signification de cette mitswa qui permet, mieux que tout autre, de manifester son attachement indéfectible à D.ieu.

Attention...

Soulignons, pour conclure, qu’il serait totalement erroné de voir en la Mezouza une sorte de talisman, doué de vertus magiques. Ainsi que l’exprime le texte du Choul’hane ‘Aroukh précédemment cité, les bénédictions qui découlent de la Mezouza ne sont que la réponse divine à l’accomplissement méritoire de la mitsva dont elle est l’objet. 

Repost 0
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 08:34


Chorale Kinderlach :Ana Bekoach

Ahmed ben Sarah - De retour de Ramallah

 

 

 

Dans une synagogue à Jérusalem, l’office étant terminé, David se dirigea rapidement vers les premiers rangs pour dire «Chabbat Chalom » au rabbin et aux quelques personnes de sa connaissance, puis rebroussa chemin vers la sortie. Il fallait maintenant rentrer à la maison pour le Kiddouch.

Comme il s’apprêtait à sortir, mû par une impulsion soudaine, il se retourna pour regarder les fidèles qui sortaient un par un de la synagogue. Il regarda attentivement. N’y aurait-il pas quelqu’un d’isolé qu’il pourrait inviter ? « Tiens, qui est encore assis prés du mur latéral ? Je connais pratiquement tout le monde ici, et je n’ai pas l’impression de l’avoir déjà vu ».

David s’approcha du jeune inconnu et l’examina d’un œil expert.

Une salopette, un sac à dos, le teint mat, des cheveux bruns bouclés : un Sépharade sans doute, peut être un Marocain…

Il réfléchit encore un instant puis se dirigea vers le jeune garçon en lui tendant la main dans un geste de bienvenue : « Chabbat Chalom ! Je m’appelle David Einfild. Voulez-vous dîner chez moi ce soir ? »

Le visage soucieux du jeune garçon s’éclaira instantanément d’un grand sourire. « Oui, merci. Moi, c’est Moshi ». Il ramassa son sac à dos et ils sortirent ensemble de la synagogue.

 

Quelques minutes plus tard, ils étaient tous debout autour de la table de Chabbat de David. Alors que toute la famille entonnait « Chalom Aleikhem », David remarqua que son invité ne chantait pas. « Peut-être qu’il est timide, ou qu’il ne sait pas chanter » se dit-il. Le jeune garçon le gratifia d’un autre de ses grands sourires et tenta de suivre, sans grand succès, mais en essayant visiblement de faire de son mieux.

Le repas commença et l’invité se détendit un peu, mais il semblait toujours un peu nerveux et ne parlait pratiquement pas. David, s’en rendant compte, fit en sorte que la conversation s’en tienne à des généralités et se cantonna à des réflexions sur la Paracha de la semaine et à des propos à bâtons rompus sur l’actualité.

Après le poisson, David remarqua que son invité feuilletait le recueil de zmiroth (chants de Chabbat), comme s’il y cherchait quelque chose.

 

Il lui demanda en souriant : « Vous voulez chanter quelque chose ? Je peux vous aider si vous n’êtes pas sûr de l’air ».

Le visage de Moshi s’éclaira instantanément. « Oui, il y a un air que j’aimerais bien chanter, mais je ne le trouve pas là.

J’ai beaucoup aimé ce que nous avons chanté ce soir à la synagogue. C’était comment, déjà ? Quelque chose avec "Dodi"… »

David était sur le point de dire: « C’est qu’on ne le chante pas à table habituellement… », mais il se reprit rapidement et se dit « Après tout, si ça lui fait plaisir, quel mal y a-t-il ? ».

Il reprit à voix haute: « Vous voulez dire "Lekha Dodi" ? Attendez, je vais vous donner un Livre de Prières ».

Après avoir chanté Lekha Dodi, le jeune garçon redevint silencieux jusqu’après le potage, lorsque David lui demanda « Et maintenant que voulez-vous chanter ? »

L’invité eut l’air embarrassé, mais après avoir été encouragé, il dit fermement : « J’aimerais vraiment chanter encore Lekha Dodi ».

David ne fut pas surpris lorsque, ayant demandé à son invité, après le poulet, ce qu’il voulait chanter, le jeune garçon lui répondit: « Lekha Dodi, s’il vous plait ». David faillit s’exclamer : « Chantons un peu moins fort cette fois, les voisins vont croire que je suis cinglé », mais il se ravisa.

A la fin, David, n’en pouvant plus, suggéra gentiment, « Vous ne voulez pas chanter autre chose? »

Son invité rougit et baissa les yeux. « C’est que j’aime vraiment cette mélodie », murmura-t-il.

« Il y a quelque chose en elle… Je l’aime vraiment ». Ils avaient bien dû chanter huit ou neuf fois ‘La Mélodie’. David ne savait plus très bien… il avait perdu le compte.

 

Plus tard dans la soirée, lorsqu’ils purent parler tranquillement, David lui dit : « Nous n’avons pas eu beaucoup le temps de bavarder. D’où êtes-vous ? »

Le garçon eut l’air ennuyé, puis, tout en regardant le plancher, répondit doucement : « De Ramallah ».

David sentit son cœur s’arrêter dans sa poitrine. Il n’était pas sûr d’avoir entendu le garçon dire « Ramallah », une grande ville arabe de Judée-Samarie.

Il se reprit rapidement et se dit qu’il avait dû dire « Ramleh », une ville israélienne. David dit: « Oh oui, j’ai un cousin là-bas.

Est-ce que vous connaissez Effie Golberg ? Il habite rue Herzl ».

Le jeune garçon secoua la tête et dit avec tristesse : « Il n’y a pas de Juif à Ramallah ».

David eut le souffle coupé. Il avait bien dit « Ramallah » !

Ses pensées se précipitaient. Est-ce qu’il venait de passer Chabbat avec un Arabe ?

Pas d’affolement ! Tu vas respirer à fond et essayer d’y voir plus clair.

Il secoua rapidement la tête et dit au garçon : « Je suis désolé, je m’y perds un peu. A propos, j’y pense maintenant, je ne vous ai même pas demandé votre nom de famille. Comment vous appelez-vous ? »

Le garçon eut un moment l’air terrifié, puis, se raidissant, il dit calmement: « Ahmed Ibn-Esh-Hussein ».

Moshi semblait encore plus terrifié maintenant. A l’évidence, il savait ce que David pensait. Il s’écria précipitamment : «Attendez ! Je suis juif ! J’essaye simplement de savoir où se trouve ma place ».

David restait sans voix. Que pouvait-il dire ?

Moshi hésita, puis rompit le silence. « Je suis né et j’ai grandi à Ramallah. On m’a appris à haïr mes "oppresseurs" juifs et à penser que les tuer était un acte héroïque. Mais j’ai toujours eu des doutes à ce sujet. On nous apprend que la Sunna, la tradition, dit que « Nul d’entre vous n’est un croyant s’il ne désire pas pour son frère ce qu’il désire pour lui-même ». J’ai réfléchi et je me suis demandé, est-ce que les Yahud (les Juifs) ne sont pas un peuple eux aussi ? N’ont-ils pas, comme nous, le droit de vivre ? Si nous devons être bons envers tout le monde, comment se fait-il que les Juifs soient tenus à l’écart ?

« J’ai posé ces questions à mon père et il m’a chassé de la maison. Comme ça, sans rien d’autre que les vêtements que j’avais sur le dos. Mais ma décision était prise : je voulais partir et vivre avec les Yahud jusqu’à ce que je me fasse une idée de ce qu’ils sont réellement ».

Moshi poursuivit :

« Je revins à la maison cette nuit-là pour rassembler mes affaires et les mettre dans mon sac à dos. Ma mère me surprit en pleins préparatifs. Elle me parut pâle et troublée, mais elle était calme et me parla gentiment. Je lui expliquai que je voulais aller vivre quelque temps avec les Juifs pour voir comment ils étaient réellement, et que, peut-être, j’envisagerais même de me convertir.

Elle devenait de plus en plus pâle en m’entendant, et je crus qu’elle était en colère, mais je me trompais. C’était autre chose qui lui faisait mal. Elle murmura : « Tu n’as pas besoin de te convertir. Tu es déjà juif ».

J’étais sous le choc. Ma tête se mit à tourner et pendant un moment, je fus incapable de parler. Puis je balbutiai « Qu’est-ce que tu veux dire ? »

« Dans le judaïsme, me dit-elle, la religion se transmet par la mère. Je suis juive, cela signifie que tu es juif ».

Je n’avais jamais eu l’idée que ma mère puisse être juive. Je suppose qu’elle voulait que personne ne le sache. Elle ne devait pas être très satisfaite de sa vie car elle murmura soudainement : « J’ai fait une erreur en épousant un Arabe. A travers toi, ma faute sera rachetée ».

Ma mère s’exprimait toujours comme ça, de manière un peu poétique. Elle s’éloigna et revint avec de vieux documents qu’elle me tendit : c’était mon bulletin de naissance et sa vieille carte d’identité israélienne, qui me permettraient de prouver que j’étais juif. Je les ai là, avec moi, mais je ne sais pas quoi en faire.

Ma mère avait encore en main un papier qu’elle hésitait à me donner. Elle finit par dire : « Tiens, autant que tu prennes ça aussi. C’est une vieille photo de mes grands-parents, qui a été prise alors qu’ils cherchaient la tombe d’un de nos ancêtres très vénéré. Ils sont allés dans le nord et ont trouvé la tombe, et c’est là que cette photo a été prise ».

 

David posa doucement sa main sur l’épaule de Moshi, qui leva les yeux, et on lisait dans son regard un mélange de crainte et d’espoir. David demanda: « Tu as la photo avec toi ? »

Le visage du garçon s’éclaira. « Oui, bien sûr ! Je l’ai toujours avec moi ».

Il chercha dans son sac à dos et en sortit une vieille enveloppe froissée.

David sortit avec précaution la photo de l’enveloppe, prit ses lunettes, et regarda attentivement. Ce qu’on voyait au premier abord, c’était une photo de groupe : une vieille famille Sépharade du début du siècle. Puis, il se concentra sur la tombe autour de laquelle se tenaient les personnages. Lorsqu’il parvint à lire l’inscription sur la pierre tombale, il faillit laisser tomber la photo. Il se frotta les yeux pour être sûr qu’il avait bien lu. Il n’y avait pas le moindre doute. La photo avait été prise dans le vieux cimetière de Safed, et la tombe était celle du grand kabbaliste et tsaddik Rabbi Shlomo Alkabetz, l’auteur de "Lekha Dodi".

David expliqua à Moshi, d’une voix tremblante d’excitation, qui était son ancêtre. « C’était l’ami du Ari zal, un grand Sage, un Juste, un mystique. Et tu vois, Moshi, c’est ton ancêtre qui a écrit cette mélodie que nous n’avons pas arrêté de chanter ce Chabbat : Lekha Dodi ».

Cette fois, c’était au tour de Moshi de rester sans voix. David se leva lentement, encore sous le choc de ce qui venait de se passer.

Il tendit une main tremblante et dit : « Bienvenue à la maison, Moshi ! Et maintenant, que dirais-tu de te choisir un nouveau nom ? »

 

Extrait de Monsey, Kiryat Sefer, and Beyond de Zev Roth (Targum Press, 2002).

L'histoire est véridique, seuls les noms ont été modifiés.

Repost 0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 10:20
      Israël est la seule démocratie du Moyen-Orient.

Israël a le plus haut niveau de vie de tout le Moyen-Orient avec un taux qui était de 17.500 dollars par habitant l'année 2000.
Le PNB d'Israël est supérieur à la somme de ceux des quatre pays qui l'entourent : Egypte, Jordanie, Syrie et Liban.

24% de la population active possède un diplôme universitaire. C'est le troisième rang mondial après les Etats-Unis et la Hollande.

Entre 1984 et 1991, par plusieurs ponts aériens, Israël a sauvé et intégré plus de 22.000 noirs d'Ethiopie. Quand Golda Meir a été élue premier ministre en 1969, elle n'était que la deuxième femme au monde à ce poste.

Quand l'ambassade des USA à Nairobi au Kenya a été bombardée en 1998, les équipes de sauvetages israéliennes étaient à pied d'oeuvre dès le lendemain et ont sauvé trois victimes de sous les décombres.

Israël a le plus fort taux d'entrepreneurs du monde entier, et en particulier pour les femmes et les plus de 55 ans.

Israël est en pourcentage le pays de la planète qui accueille et absorbe le plus d'immigrants. Ils viennent y chercher la démocratie, la liberté religieuse, et des opportunités économiques.

Israël a été la première nation à créer un standard international de certification des diamants reconnu et adopté dans le monde entier.

Les médecins israéliens ont développé le premier système entièrement automatisé de diagnostic de cancer du sein sans radiations.

Une compagnie israélienne a développé un système informatisé d'administration des médicaments à l'abri de toute erreur humaine. Rien qu'au Etats-Unis on estime que 7.000 personnes meurent chaque année dans les hôpitaux suite à une erreur de traitement.

La société israélienne Givun Imaging a mis au point la première vidéo-camera de la taille d'une gélule à avaler pour dépister les cancers et autres pathologies digestives.

Les chercheurs israéliens ont développé un nouveau système qui aide directement le cœur à pomper le sang, sauvant ainsi des vies lors d'accidents cardiaques. Ce système est synchronisé avec les battements de cœur grâce à un système de palpeurs très sophistiqués.

Israël a le plus grand nombre de scientifiques et techniciens par habitant, 145 pour 10,000, comparé au USA (85) au Japon (70) ou à l'Allemagne (60) Israël a développé un nouveau traitement pour l'acné à base de rayons UV soigneusement choisis pour détruire les bactéries sans nuire à la peau.

Quand les américains décidèrent de lancer un combat de grande envergure contre le terrorisme mondial après le 11 septembre, se tournèrent-ils vers l'Irlande?? L'Espagne?? La France?? Le Sri Lanka?? Le Cachemire?? Les Philippines?? Le Caucase??.....non, ils demandèrent conseil à Israël.

Le niveau de la médecine en Israël est un des meilleurs du monde, de même le développement agricole et ses techniques. Le monde entier vient apprendre en Israël.
Israël vient de mettre au point un vaccin contre l'Anthrax plus efficace que les deux autres existants au monde (russe et américain).

Et malgré toutes les guerres nous avons réussi à intégrer d'innombrables immigrants dont pas moins d'un million de russes les dernières années.

Nous avons fait fleurir le désert.
Nous vendons des agrumes, des légumes, des fleurs au monde entier.
Une société israélienne a conçu et installé une gigantesque station de production électrique par énergie solaire dans le désert de Mojave en Californie du Sud.
Israël, grâce au Keren Kayemeth Le Israël, est le seul pays au monde qui est entré dans le 21ème siècle avec une nette croissance de son nombre d'arbres, alors que 60% de sa surface n'est qu'un désert de cailloux.
Israël possède le plus de musées p
ar habitant que n'importe quel autre pays au monde.
Nous avons parmi les meilleurs musiciens mondiaux et un orchestre symphonique de niveau international.
Israël est le deuxième pays au monde pour la publication de livres par habitant.
 
Israël a déjà conçu, réalisé et lancé trois satellites, et nous disposons de nos propres lanceurs !
Nous pouvons être fiers d'avoir développé notre propre technologie spatiale à l'instar des Etats-Unis (250 millions d'habitants), de la Russie (200 millions d'habitants), de la Chine (plus d'un milliard d'habitants) et de l'Europe (350 millions d'habitants)

Israël est une puissance nucléaire au même titre que les USA, la Russie, l'Inde, la France, l'Angleterre et le Pakistan.

Et tout cela alors que mon pays est engagé dans les guerres incessantes et sans répit que lui imposent les 300.000.000 d'ennemis haineux et belliqueux qui l'entourent et dont la seule raison de vivre est de rayer Israël de la carte. (1948, 1956, 1967, 1973, 1982, + les 40 Scuds irakiens tombés lors de la guerre du Golfe, + les bombardements répétés en pleine trêve avec le Hamas depuis Gaza à une moyenne de 30 missiles par jour. etc.)
ALORS, SOYONS FIERS !
 
Un Israélien parmi d'autres......
Repost 0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 20:48
Un Centre communautaire plein, des enfants, des jeunes, des moins jeunes : voilà un échantillon des amis du réseau EZRA qui sont venus cet après midi de dimanche, à l'appel le la Présidente Any Saadoun et de son équipe, participer au loto de bienfaisance.

Toutes les tables pleines, des cartons de loto devant soi, chacun attend avec impatience le coup d'envoi donné par Any Saadoun, coup d'envoi précédé de quelques mots de bienvenue et de remerciements.

Tous ont le secret espoir de gagner le super lot, un WE en Espagne pour deux personnes mais là n'est pas le but essentiel. Chacun sait que pour le réseau EZRA, chaque centime, chaque euro compte et permet de soutenir celles et ceux qui sont un peu oubliés.

Jacques, de sa belle voix de stentor commence à énoncer les numéros et on entend à droite et à gauche des ohhhh, et puis des ahhhh...

Le café, les boissons fraiches, les gateaux confectionnés au Centre Communautaire par ces dames du réseau EZRA aident, tout l'après-midi, les gagnants et les perdants à ne pas voir le temps passer et finalement, vers 18 heures 30, tout le monde se sépare, heureux d'avoir passer un bon moment et surtout d'avoir permis à Any Saadoun et son équipe, de pouvoir dans les prochaines semaines, aider les plus démunis.
Merci Any, Jeanine, Lydie et les autres !!
A l'année prochaine...

Repost 0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 15:38
Repost 0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 13:54

 

par Pierre Jourde | Le Monde

mercredi 21 janvier 2009

Depuis l’entrée de Tsahal dans la bande de Gaza, les médias parlent benoîtement d’"importation du conflit", de "violences intercommunautaires". Elles sont tout de même un peu à sens unique, les violences "intercommunautaires". Cela consiste, en gros, à ce que des jeunes gens d’origine arabo-musulmane s’en prennent à des juifs, manifestant par là leur soutien à leurs "frères" palestiniens opprimés.

Ils n’ont d’ailleurs pas attendu le conflit de Gaza pour pratiquer ce sport, et l’agression ou l’injure adressée aux juifs est devenue un phénomène récurrent.

La mort de centaines de femmes et d’enfants palestiniens est un désastre humain qui doit susciter en tout homme l’horreur et la compassion. En conséquence de quoi, il est légitime d’aller casser la figure à un juif de France qui n’y est pour rien. Sans doute parce que ces gens-là, c’est bien connu, forment un lobby. Tout juif est complice.

Que soutiennent-ils, en tant que quoi manifestent-ils, ceux qui cassent du juif, et ceux qui manifestent contre l’opération israélienne ?

Soutiennent-ils le Hamas ? Savent-ils que les textes de référence de ce mouvement n’ont rien à envier à ceux du Parti nazi ? Que son objectif déclaré est de tuer les juifs et de détruire Israël ? Veulent-ils qu’Israël reçoive éternellement ses missiles sans réagir ? Savent-ils que l’intrication des combattants et des civils est telle, à Gaza, que faire le tri lors d’une opération militaire est d’une extrême difficulté ?

Réagissent-ils en tant qu’Arabes ? Mais ils sont français, et en quoi un Français est-il impliqué dans un conflit international, sinon au nom de la justice universelle ? Réagissent-ils alors au nom de la justice universelle ? En tant qu’êtres humains ? Mais alors, pourquoi ne se révoltent-ils pas quand on massacre les Indiens du Chiapas, les Tibétains ? Pourquoi les centaines de milliers de morts, les inconcevables cruautés perpétrées au Darfour ne les jettent-ils pas dans les rues ? Tout de même pas parce qu’elles sont le fait des milices d’un régime islamiste ? Pourquoi ne trouvent-ils pas étrange que les communautés juives aient quasiment disparu de tous les pays arabes, après persécutions et spoliations ? Pourquoi ne réclament-ils pas, au nom de la justice, le droit au retour des juifs chassés ?

PROPAGANDE PARANOÏAQUE

S’ils réagissent en tant qu’Arabes, où étaient-ils quand les Syriens ou les Jordaniens massacraient dix fois plus d’Arabes, palestiniens ou non, que Tsahal ? Savent-ils que l’un des rares endroits du Moyen-Orient où les Arabes bénéficient de droits démocratiques, c’est Israël ? Savent-ils que, pour la liberté, la démocratie, les droits de l’homme, il vaut infiniment mieux être arabe en Israël que juif dans un pays arabe, et, à bien des égards, qu’arabe dans un pays arabe ?

Savent-ils qu’Israël soutient financièrement la Palestine, soigne les Palestiniens dans ses hôpitaux ? Que les deux millions d’Arabes israéliens ont leurs députés ? Savent-ils que, si la haine antijuive et le négationnisme se déchaînent dans les pays arabes, attisés par une propagande paranoïaque, qui n’hésite pas à faire usage du faux antisémite des Protocoles des Sages de Sion, la réciproque n’est pas vraie ? Que si de nombreux Israéliens défendent les droits des Arabes, rarissimes sont les Arabes qui défendent des juifs ?

Réagissent-ils en tant que communauté opprimée ? Mais alors, pourquoi les Noirs de France ne s’en prendraient-ils pas aux Arabes qui les exterminent au Soudan ? Pourquoi la communauté indienne ne manifesterait-elle pas contre les régimes arabes du Golfe qui traitent leurs "frères" comme des esclaves ? Voilà qui mettrait de l’ambiance dans la République !

Réagissent-ils en tant que musulmans ? Mais où étaient-ils quand on les massacrait en Bosnie, en Tchétchénie, en Inde ? Leur silence ne s’explique tout de même pas parce que les massacreurs n’étaient pas des juifs, n’est-ce pas ? Savent-ils que les musulmans d’Israël pratiquent librement leur culte ? Que l’université hébraïque de Tel-Aviv abonde en jeunes filles voilées ? Combien de juifs en kippa au Caire, à Damas, à Bagdad ? L’exigence de justice est-elle à sens unique ?

On finit donc par se dire que ces manifestations, les violences et les cris de haine qui les accompagnent ne sont motivés ni par la compassion envers les victimes palestiniennes, ni par le souci de la justice, ni même par la solidarité religieuse ou communautaire, mais bien par la bonne vieille haine du juif. On peut massacrer et torturer à travers le monde cent fois plus qu’à Gaza, le vrai coupable, le coupable universel, c’est le juif.

Une poignée de juifs qui transforment un désert en pays prospère et démocratique, au milieu d’un océan de dictatures arabes sanglantes, de misère, d’islamisme et de corruption, une poignée de juifs qui, en outre, décident de ne plus être victimes, voilà qui est insupportable. Il faut donc bien que les juifs soient coupables, sinon où serait la justice ?


Pierre Jourde, romancier, critique littéraire, professeur à l’université de Grenoble-III

Repost 0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 12:35

A propos du nom divin Elo-him


Notre paracha présente les sept premières plaies d’Egypte, qui montraient à Pharaon, la puissance d’Hachem sur la nature. Mais le pharaon ne fera pas cas de ces frappes, il faudra la dixième plaie pour que la libération

 

Dans notre paracha nous lisons au moment où Dieu se tourne vers Moïse :

 

« Alors l'Éternel dit à Moïse :"Regarde! Je fais de toi un dieu (Elo-him) à l'égard de Pharaon et Aaron ton frère sera ton prophète. »

(Ex VII, 1)

 

Dans un autre contexte nous lirons plus loin :

 

« Si quelqu'un donne en garde à un autre de l'argent ou des effets et qu'ils disparaissent de la maison de cet homme, si le voleur est découvert, il paiera le double. 8 Si l'on ne trouve point le voleur, le maître de la maison viendra jurer au devant Elo-him, qu'il n'a point porté la main sur la chose d'autrui. »

(Exode XXII, 27)

Enfin :

« N’outrage pas Elo-him, et ne maudis point le chef de ton peuple. »

(Exode XXII, 27)

 

Généralement le terme Elo-him désigne le Dieu créateur, comme le premier verset de la Genèse le mentionne : « Au commencement, Elo-him créa les Cieux et la Terre ». Mais le terme peut aussi désigner l’instance juridique de la société hébraïque, le tribunal rabbinique (Beth-Din).

P.H.

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, et tous les jours suivants, j’aurai une pensée positive pour une petite fille. Elle s’appelle Elina. Elle a quatre ans et elle est atteinte d’une malformation cardiaque qui va nécessiter une grosse opération. Cette opération doit avoir lieu à Marseille le 28 ou 29 janvier prochain.

 

Ce Chabbat, nous prierons pour la réussite de cette opération et pour que Elina retrouve sa santé.

 

Bonne santé, Elina….et à bientôt !

 

                                                                                  Claude





 

 

Repost 0
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 12:58


 

Marseille, le 12 Janvier 2009 

Cher Monde Libre,

Tu fais tout ce qui est en ton pouvoir pour demander l'arrêt des hostilités à Gaza.

Tu ne cesses pas de te mettre en colère contre ces satanés israéliens qui massacrent des gentils palestiniens.

Tu vas même plus loin avec tes amis arabes de France, d'Europe et du reste du Monde en soutenant leurs manifestations où ils crient tous leur haine pour les juifs, Israël et le Grand Satan, les Etats-Unis. 

Tu t'énerves, les gens de gauche s'énervent, les syndicats s'énervent, l'extrême droite s'énerve, l'Eglise s'énerve et tu encourages les voitures béliers, les cocktails incendiaires contre les synagogues et les agressions anti-sémites. Ce n'est pas nouveau !

Ce Peuple Juif qui t'énerve est le même qui a énervé les allemands qui ont élu Hitler. C'est le même Peuple Juif qui a énervé les autrichiens quand il est entré à Vienne. Nous avons mis en colère un bloc entier de nations très patientes et très cultivées : la Pologne, la Slovaquie, la Lithuanie, l'Ukraine, la Russie, la Hongrie, la Roumanie…

Nous avons une longue et douloureuse expérience dans l'histoire du Monde Libre : nous sommes passés maîtres dans l'art de mettre en colère les nations. En 1648 et 1649 nous avons énervé les caucasiens à Hamlintchik et ils ont égorgé des dizaines de milliers des nôtres.

Nous avons aussi énervé les Croisés, venus pour délivrer la Terre Sainte et qui ont perpétré un massacre incalculable de juifs. Nous avons mis l'Eglise Catholique hors d'elle-même et ce depuis sa création, pendant des centaines d'années. Pendant l'Inquisition, elle a fait tout ce qui était en son pouvoir pour nous faire expier nos fautes et nos péchés déicides alors que les romains avaient dispersé les quatre cinquième de notre peuple aux quatre coins de la terre.

Comme cela ne suffisait pas, nous avons mis en colère Martin Luther, ennemi juré de l'Eglise Catholique, qui a harangué ses fidèles à brûler les juifs dans leurs synagogues. Ce grand personnage, esprit chrétien universel, a reçu pleins d'éloges pour son attitude à l'égard des juifs.

Sincèrement embêtés de t'énerver constamment, Cher Monde Libre, une idée saugrenue a germé en nous : essayer de te quitter pour créer un état juif où il n'y aurait que des juifs. Si vivre avec Toi au sein des différents pays qui te composent, te dérangeait, t'énervait ou pire te mettait en colère contre nous, la logique s'imposait peu à peu : il n' y avait pas de meilleure idée que celle de te quitter. Ce n'était peut être pas une preuve d'amour de notre part mais plutôt une marque de respect.

C'est pourquoi, nous avons décidé de retourner modestement, humblement, petit à petit, chez nous, à la maison : le pays dont nous avons été chassé il y a (déjà) 2000 ans. Comble de malchance, Cher Monde Libre, tu n'as jamais pu supporter cette sage décision et tu as redoublé de colère.

Il est vraiment impossible pour nous de comprendre ce que tu désires.

Nous voulions empêcher toute nouvelle inquisition, tout nouveau pogrome, toute nouvelle Shoah. Nous voulions te quitter, c'est-à-dire abandonner la quasi-totalité de tes nations, pour ne plus t'em…r.

Au lieu de nous aider à le faire, tu empêchais par tous les moyens, les bateaux chargés d'immigrants, comme l'Exodus, d'arriver à bon port. Incroyable ! Même en partant pour vivre dans un tout petit pays, inexistant à l'époque, tu continuais à te mettre en colère contre nous.  

Aujourd'hui, Cher Monde Libre, ta colère n'a jamais été aussi grande et aussi franche mais je te réponds avec la même franchise que cette fois tu me déçois et tu vas subir toi-même, la plus grande des déceptions de ton histoire.

Que tu aies de la compassion pour les civils, femmes et enfants surtout, je comprends.

Que les musulmans de France et du monde soient exaspérés et solidaires de la cause palestinienne, je comprends : c'est les liens du sang et de la religion.

Que ces musulmans reportent leur impuissante colère contre des juifs de France et leurs synagogues, je ne le tolérerais plus. Les juifs de France sont solidaires de l'Etat d'Israël. Grâce à lui, ils ont la tête haute et sont capables de se défendre si l'état français manque à ses devoirs.

Que les syndicats, communistes ou autres s'expriment en soutenant la cause palestinienne, c'est leur droit. Mais personne n'est dupe : ils recherchent de nouveaux électeurs. Ils ont pourtant le tort majeur d'encourager implicitement ou ouvertement les actes d'antisémitisme. Grâce à eux, grâce à toi, la colère augmente dans tes veines.

Tu dis que la cause de cette guerre à Gaza est le fait qu'Israël ne veut pas rendre les territoires occupés depuis la guerre des Six Jours en 1967. Alors revenons à l'histoire, rappelle-toi, Cher Monde Libre :

En 1947, à l'annonce de la future création de deux états, un juif, un arabe, les palestiniens ont crié Non ! Ils ont attaqué une population juive civile, sans armée et ont fait plus de 6000 morts.

Je ne te demande pas pourquoi, déjà à cette époque, tu n'as pas condamné ces actes barbares. Pourtant il n'y avait ni territoires conquis par les armes, ni état juif, ni armée juive, rien qu'une population civile.

Je ne te demande pas de constater ce que tu sais déjà : aujourd'hui, ce sont les mêmes « pauvres palestiniens » qui tuent des israéliens parce qu'ils veulent créer leur état sur les territoires qu'ils possédaient entièrement avant 1967. Depuis plus de soixante ans, ils ont les mêmes visages couverts de haine, ils ont les mêmes slogans : Mort aux juifs, Mort à l'Etat d'Israël, les Juifs à la mer…….

Les mêmes gens qui rêvent de réaliser leurs échecs d'hier ne « veulent pas comprendre » (Pourquoi ? C'est trop long à expliquer ici) qu’Israël n'a aucune raison de vouloir les opprimer et les faire souffrir.

Israël veut une paix profonde avec tous ses voisins.

Cher Monde Libre, tu étais totalement indifférent (à part quelques Justes que nous honorons à juste titre), pendant la Shoah. Tu t'es tenu à l'écart lorsqu'en 1948, sept états arabes nous ont déclaré la guerre et que la Ligue Arabe se vantait de faire des massacres dignes des Mongols.

Tu t'es tenu à l'écart en 1967 lorsque Nasser, président égyptien, organisa le blocus du Détroit de Tyran, empêchant les navires israéliens de naviguer de la Mer Rouge vers d'autres contrées.

Tu t'es tenu à l'écart lorsque toutes les capitales arabes s'unirent à lui pour affamer, isoler Israël et jeter les juifs à la mer, comme il l'avait juré.

La France alliée d'Israël, premier fournisseur d'armes, d'avions et autres blindés décréta un embargo total et s'est mise en colère contre l'Agresseur Sioniste.

Lâchement attaqué par l'Egypte et ses alliés, le Jour de Kippour, en 1973, nous avons perdu 1500 soldats du contingent, âgé de18 à 22 ans, en une seule semaine de combat. Ça ne t'énerve pas !

A Sabra et Shatilah, au Liban 800 vieillards, femmes et enfants palestiniens, non armés, sont massacrés par des Phalanges Chrétiennes libanaises. Qui accuse-t-on ? Ariel Sharon et les Israéliens ! Tu ne t'énerves pas contre ces lâches assassins mais au contraire, exprime ta colère et ta haine contre l'armée juive et ses dirigeants.

Tu ne t'énerves pas du tout quand des autobus, des écoles, des centres commerciaux, des discothèques, des centres religieux, explosent sous les bombes humaines des « Martyrs » dont les familles reçoivent 25000 $ de récompense, parce qu'un malheureux exalté a péri en tuant du juif.

Tu te tiens à l'écart lorsque la Bande de Gaza est rendue, sans contrepartie aux palestiniens qui ne cessent, depuis, de tirer des missiles de plus en plus nombreux et de plus en plus puissants sur le sud d'Israël. Plusieurs mois sous le feu des Kassam, des Grads et des obus de mortiers, des civils meurent, sont blessés, ne peuvent plus dormir ni travailler et…. tu ne t'énerves pas.

Le Hamas, sous l'œil bienveillant de Téhéran, du Hezbollah et de tous les pays arabes, déclare, à qui veut l'entendre, qu'il rêve jour et nuit d'exterminer tous les israéliens et appelle le Monde Libre a en faire de même pour tous les juifs éparpillés dans les autres pays de la terre. Ils ne veulent pas la Paix et les Territoires Occupés ne sont qu'un prétexte fallacieux pour justifier leur conduite.

En 1920, 1921 et 1929, il n'y avait pas d'Etat Juif et les Pauvres Palestiniens ont massacré des dizaines de juifs civils à Jérusalem, Jaffa, Safed et surtout à Hébron où 67 juifs ont été purement et simplement égorgés en un seul jour.

De 1936 à 1939, 510 civils juifs, femmes et enfants ont été massacrés au cours de manifestations violentes et sans aucun prétexte : il n'y avait ni état juif, ni armée juive, ni territoires occupés.

Avant 1967, ils avaient tous les territoires, Jérusalem Est et la Bande de Gaza : pourquoi n'ont-ils pas créé leur état ? Il y a 3 ans, Ariel Sharon leur a rendu la Bande de Gaza en signe de paix : depuis, ils ne font que tirer des missiles sur Israël et le Monde Libre s'en moque.

Le Hezbollah kidnappe alors deux soldats en territoire israélien et déclenche une guerre meurtrière entre le Liban et Israël. Le Monde Libre s'énerve et demande à Israël une trêve. Le Hezbollah a gagné, Israël s'est soumis aux ordres du Monde Libre et a reçu deux corps déchiquetés en échanges de centaines de prisonniers. Le Monde Libre se met en colère : il n'y a pas eu assez de victimes chez les Israéliens. On tire 4 Katioucha sur la ville de Naharia. L'armée de l'air israélienne répond par des coups de semonce : le Monde Libre s'énerve aussitôt contre Israël.

A Gaza, les combattants du Hamas camouflent leurs dépôts d'armes dans des écoles, dans des mosquées, dans des maisons. Si ces dépôts explosent, Israël est montré du doigt : le Monde Libre se met en colère. Ces « héroïques combattants de la liberté » se cachent derrière des boucliers humains, dans les hôpitaux, utilisent les ambulances de la Croix Rouge Internationale pour transporter des armes, des lanceurs de fusées Kassam. Que fait la Croix Rouge ? Elle se met en colère contre les tirs « inhumains » de l'Armée Israélienne alors qu'elle collabore depuis des années avec des terroristes.

David Pujadas  de France 2, interroge Avi Pazner, porte parole de l'Etat d'Israël :

- « Quand Israël arrêtera ses tirs de bombes au phosphore ?

- Je ne suis pas porte parole militaire, mais ce que je peux vous dire, c'est que notre armée n'utilise que des armes conventionnelles.

- Avez vous quand même utilisé ce genre d'armes ? Il y a beaucoup trop de morts.

- Je viens de vous le dire : vous colportez de fausses informations qui incitent les gens de votre pays à l'antisémitisme. Les soldats de Tsahal évitent le plus possible et souvent au péril de leur vie, de tuer ou de blesser des civils. Pourquoi ne demandez-vous pas au Hamas d'arrêter de tirer des missiles sur des civils ? Nous luttons contre des terroristes et non contre les palestiniens. »

Avi Pazner était calme et David Pujadas honteux et énervé comme tout bon citoyen du Monde Libre.

En conclusion, Cher Monde Libre, tu t'es énervé, tu t'énerves et tu t'énerveras encore. Quoi que tu penses, aucun israélien ne se soucie de tes préoccupations absurdes qui te mettent en colère.

Ni les Pharaons, les Philistins, les Grecs, les Perses, les Romains, les Espagnols, les Arabes, les Allemands Nazis, les Soviétiques n'ont pu nous exterminer.

Au fait que sont devenues ces civilisations ? Ils ne restent que des ruines de temples, des pyramides, des mosquées transformées en églises, des bribes du Mur et des anciens régimes communistes noyautés par leur maffia et qui exécutent leurs journalistes épris de Liberté.

Tous les pays d'où les juifs ont été expulsés ne connaissent que la misère et la dictature ! Prends-en de la graine, Cher Monde Libre, que ça n'arrive pas chez toi !

Depuis la création de l'Etat d'Israël, tout le Peuple juif a relevé la tête : nous aimons trop la Vie pour céder au dictat des Nations Unies où un pays comme la Libye, ancien pays terroriste, siège maintenant au Conseil de Sécurité. L'Europe, la Chine, la Russie aident secrètement l'Iran à se doter de l'arme nucléaire et achètent son pétrole en catimini. Tu verras, Cher Monde Libre, d'où viendra réellement le danger. Tu prieras pour qu'Israël intervienne.

Ne te mets pas en colère encore une fois, aujourd'hui ! Aujourd'hui, chaque israélien a un moral d'acier et il se fout pas mal de tes gesticulations, de tes remontrances, de tes menaces.

Je suis l'un d'entre eux et tous les Juifs ne font qu'un avec Israël. Nous arrivons au bout de nos peines et nous sommes sûrs que la Guéoulah approche. Mais ça, tu ne sais pas ce que c'est mais nous, nous l'attendons depuis des siècles et nous y croyons.

Nous prions pour une Vraie Paix, Cher Monde Libre, et D.IEU nous l'apportera bientôt – AMEN !

Marseille, le 12 Janvier 2009
Itshak, Claude SADEY

Repost 0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 12:14


 « Notre meilleur arme c’est la prière ! »

 

En cette période critique pour le peuple d'Israël,

IL EST INDISPENSABLE

que chacun multiplie les prières et les Téhillim pour implorer D-ieu

de protéger et sauver son peuple !

 

Tous les Téhillim sont maintenant accessibles en Audio et en Lecture.

 

Les Téhilim à lire pour Israël sont :
D’après les rabbanim Achkénazim le 83, 130, et 142.
D’après les rabbanim Séfaradim le 20, 121, et 130.

 

Téléchargez en PDF ces Téhillim en hébreu et en français

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives