Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 16:03

 

 

Yom Hazikaron est une cérémonie consacrée à commémorer le souvenir de tous ceux qui sont tombés dans la lutte pour le création et la défense de l'état d'Israël.

Elle se déroule durant les 24 heures qui précèdent le Yom Haatsmaout, jour de l'indépendance d'Israël.

 

A ce moment, la nation toute entière exprime son impérissable gratitude à ses fils et ses filles qui ont donné leurs vies pour l'indépendance et l'existence de l'état d'Israël.

C'est un jour où, imprégnés du sacrifice de ceux qui sont morts pour la survie de l'Etat, les vivants réaffirment leur fidélité à leur pays.

  

Cette cérémonie grave s'achève au moment où débute la liesse du Yom Haatsmaout : transition révélatrice du lien étroit qui relie le sacrifice des victimes et le maintien de l'existence d'un Etat d'Israël vibrant et dynamique.

 

Cette renaissance de l’Etat juif apparaît à beaucoup aujourd’hui – et singulièrement peut-être aux jeunes générations – comme un événement relevant de l’ordre naturel. Elle continue d’avoir cependant pour nous une dimension miraculeuse. Nous continuons à voir, aujourd’hui comme hier, dans cette résurrection de l’ancienne patrie la réalisation des promesses des prophètes bibliques. Souvenons-nous en particulier du texte d’Ezéchiel parlant des ossements desséchés qui reprennent souffle et vie.

 

... Yom Haatzmaout constitue aussi pour nous l’occasion de rappeler que notre solidarité avec Israël est une solidarité de tous les instants. Elle est à la fois spontanée et réfléchie, naturelle et permanente. ...

   

Notre génération qui a connu avec la Shoah le plus grand cataclysme criminel qui ait jamais frappé une société humaine, a eu également la joie d’assister au réveil des rescapés, à leur révolte et à leur résurrection. Et, à la grâce de Dieu, Israël est encore debout.

Non seulement il est debout mais chacun sait que c’est dans l’Etat juif que vit et prospère aujourd’hui la créativité spécifiquement juive; c’est là que s’élaborent une culture, une littérature, une science et un nouvel art juifs. C’est là aussi que l’on trouve les plus grandes yéchivot et maisons d’étude en matière de Torah. C’est là enfin que l’on sauvegarde – plus et mieux qu’ailleurs- le patrimoine de trois mille ans de vie juive.

 

Yom Haatzmaout constitue aussi pour nous l’occasion de rappeler que notre solidarité avec Israël est une solidarité de tous les instants. Elle est à la fois spontanée et réfléchie, naturelle et permanente. Elle touche indifféremment toutes les générations et tous les milieux quelle que soit leur degré de pratique religieuse. Et plus les menaces qui s’adressent à Israël sont fortes et plus nous nous sentons concernés et menacés nous-mêmes au plus haut point. Qui ne voit que ces menaces, iraniennes en particulier, nous en sommes aussi les destinataires ? Il n’est pas d’épreuve qui touche Israël sans qu’elle nous atteigne au plus profond de nous-mêmes.

 

YOM HAZIKARONE

Journée du souvenir

YOM AATSMAOUT

Anniversaire de la création de l’état d’Israël

 

OFFICE MARDI 28 AVRIL

A 19 heures

 

Synagogue, 40 rue Roussy

Nîmes

 

 

 

csicsic@aol.com 

Repost 0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 09:57

Bonjour !

Je suis « SHABBAT » et je m’adresse à TOI !

 

Salut à toi lecteur Juif que je n’ai pas rencontré depuis si longtemps...

Mais où es-tu passé depuis …au fait depuis quand ? Me reconnais-tu au moins ?

Oui c’est moi : « Shabbat », et pour l’amour du ciel écoute enfin ce que j’ai à te dire !

 

Alors je te prie, ne te détourne pas de moi et ouvre bien grands tes yeux et ton cœur pour me lire attentivement et comprendre enfin ce que tu représentes pour moi et ce que je représente pour toi.

 

Peu importe si tu es pratiquant ou non ! Issu d’une famille juive religieuse ou athée !

Si tu as un Cœur pour aimer et une Tête pour faire la part des choses, tu dois sûrement savoir ce que représente un amour parfait et éternel qui lie deux êtres, amour auquel tout le monde aspire ici bas.

 

Mais toi, es-tu honnête et fidèle en amour ? Là est la question !

En tout cas, il existe un principe saint et clair que nos sages nous recommandent dans notre intérêt : « Aime ton prochain comme toi-même ».

 

Et là, outre l’abnégation de soi et l’amour que l’on se doit de donner sans compter, il s’agit surtout de ne jamais faire subir à son prochain ce que l’on n’aimerait pas endurer ! Car après tout, retenons bien que rien n’est gratuit dans ce monde comme nulle part ailleurs ! Et que toute infidélité se paiera très chère !

 

Oui, tout ce que je veux c’est que tu me sois fidèle pour que je t’accorde en retour toute ma confiance et que je puisse plaider pour toi le jour le plus lointain possible, du jugement.

 Ce ne sont pas des paroles vaines de sens, car je suis « SHABBAT » ! Le jour le plus saint qu’il puisse exister sur cette terre.

 

Oh mon Dieu, quelle désillusion pour le « Juif de Kippour » car OUI je suis encore plus saint que le jour de Kippour ! J’équivaux moi seul, à l’ensemble de tous les commandements de la Torah !

 

Sache que je suis né au 7e jour de la création il y’a prés de 6000 ans. Nous avons fêté notre mariage il y’a plus de 3300 ans au mont Sinaï, aux yeux de tous tes propres ancêtres, témoins de la scène, lorsque Moïse énonça le 4e des 10 commandements : « Garde le jour du SHABBAT pour le sanctifier…Car en six jours l'Eternel a créé le ciel, la terre, la mer et tout ce qu'ils renferment et Il s'est reposé le septième jour. C'est pourquoi l'Eternel a béni le jour du Shabbat et l'a sanctifié ».

 

Je suis l’ange que tu crées par tes propres choix et actions en ce jour saint, à qui tu transmets un pouvoir infini à chacun de nos fidèles rendez-vous, et je te protégerai à mon tour des malheurs de la guerre des temps Messianiques qui ne tardera plus à venir : « Gog et Magog ».

 Alors, qui oserait remettre en question notre alliance, nos 3300 ans d'histoire et de culture, et rompre le lien de cet extraordinaire héritage ?

 

Et TOI alors, où en es-tu aujourd’hui ?

En tout cas, MOI, tout comme notre Créateur n’avons jamais désespéré en TOI ; Lui t’accorde toujours la Vie et moi je viens à tous nos rendez-vous depuis le jour de ta conception, et je jouis infiniment de l’accueil que tu me réserves selon la tradition.

Je suis le jour que tu consacres à la prière, à la lecture de la Torah et à la douce intimité de la famille. Mon délice s'exprime par le bien être physique et psychologique : le repas, le sommeil, l'unité familiale, l'étude, la discussion.

Je suis telle la plus belle reine au monde qui vient à ta porte, que tu honores pleinement aujourd’hui et en qui tu pourras toujours avoir une confiance absolue.

En tout cas, il n’est jamais trop tard, car si Dieu, par sa clémence nous accorde encore et à chaque instant la vie ici bas, c'est qu'il y a encore et Toujours l'espoir de pouvoir renouer notre lien avec Lui et de sanctifier le saint jour du SHABBAT !

 

 A méditer…

Repost 0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 09:45

TAZRIA METSORAH

 

Commentaire de la Torah :

Outre les lois de pureté concernant la femme dont il est question dans la première paracha, celle de TAZRIA, où l’on nous parle également de la circoncision, la seconde paracha, celle de METSORAH, nous entretient de certaines maladies, telles que différentes sortes de lèpres, dont nous entendons encore parler de nos jours. De nos jours encore, et pour autant qu’il s’agisse de la même maladie, celle-ci n’a pas été totalement éradiquée dans certains pays d’Afrique. Nous sommes annuellement sollicités pour faire des dons destinés à soigner les personnes qui en sont frappées. Il convient en général de répondre favorablement à toutes les causes humanitaires qui nous sont présentées.

 

Pour en revenir à la question essentielle soulevée dans notre paracha relative au cas du lépreux, rappelons ici que le Talmud fait un jeu de mots à partir du vocabulaire employé. . Le terme "METSORA - lépreux", est lu comme s’il était écrit "MOTSI RA - faire sortir le mal". En effet, à l’époque de la Bible, ces maladies étaient considérées comme relevant de trois sortes de comportements mauvais, méritant châtiment de la part de D.ieu.

 

Tout d’abord, il y avait la "calomnie". Nous devons ainsi savoir que le mal causé par celui qui dit du mal de son prochain peut avoir des conséquences fâcheuses. Pour montrer à tous la méchanceté du calomniateur, la maladie que lui infligeait D.ieu était donc destinée à l’obliger durant un certain temps, à vivre à l’extérieur du camp, à l’écart de la communauté et de ses voisins habituels. Par cette sorte de punition, la Torah tenait à montrer combien peut être dangereux pour la société, l’individu qui se prête à la médisance.

 

On pourrait rapprocher cela de ce que nous connaissons de nos jours à propos de la désinformation, de la volonté de nuire, soit aux juifs individuellement, soit à l’Etat d’Israël, par des propos volontairement déformés ou pervers. Mais cela est également valable pour toutes sortes de propos diffamatoires pouvant discréditer une personne ou un groupe. Rappelons ici combien nos Maîtres ont tenu à nous mettre en garde contre le LACHONE HARAA. Ils disent en effet, que c’est bien la calomnie et la haine gratuite qui furent la cause de la destruction du second Temple. Même une quelconque forme de propagande ou de publicité mensongère pourrait à la limite s’apparenter à une sorte de calomnie que nos Sages tiennent à dénoncer. Aussi, en nous référant à l’époque biblique qui pourrait servir de référence, il faut savoir que le coupable, lorsqu’il était mis à l’écart, devait méditer sur les mauvais effets de sa conduite. De ce fait, il était contraint par son état d’impureté à se remettre en question pour parvenir à un total repentir de son comportement.

 

La seconde cause de lèpre pouvait être la conséquence de l’orgueil dont avait fait preuve un individu. Là encore, pareille attitude pouvait gêner l’entourage de celui qui se laissait aller à un tel excès. C’est notamment ce que dénonce le psalmiste en disant : "Des yeux hautains et un coeur enflé d’orgueil, je ne puis le supporter." (Psaumes CI, 5). Après l’éloignement dont faisait l’objet celui qui avait commis ce genre de faute, il lui fallait apporter en expiation deux pigeons, une branche de cèdre et de l’hysope. Le cèdre, par sa hauteur, symbolisait l’orgueil. Si l’homme s’était enorgueilli et dressé droit comme un cèdre, il devait se repentir et se sentir aussi petit que l’hysope. De nos jours encore, trop de personnes donnent l’impression de se croire à l’abri de toute forme de déracinement, du fait de leur fortune ou de leur situation privilégiée. Cela peut expliquer les difficultés que connaît notre société, liées aux conflits de classe dont nous sommes régulièrement témoins, tant au niveau des individus que des groupes sociaux.

 

Enfin, une dernière cause de lèpre pouvait être provoquée par la convoitise contre laquelle le Décalogue nous avait déjà mis en garde. Pour avoir manifesté un tel défaut, le coupable se voyait parfois contraint de démolir sa maison, frappée de décoloration, perdant ainsi une partie de sa fortune tout en étant signalé à l’attention des autres. Nous avons déjà dit plus haut que ces maladies ne semblent plus être actuelles. Et pourtant, malgré le décalage historique, les enseignements tirés de notre paracha devraient nous donner à réfléchir.

Car,les trois défauts que nous venons d’énumérer, la médisance, l’orgueil et la convoitise, restent des péchés ou des fautes qui nous guettent à chaque instant et que nous cessons de commettre. Nous devons donc lutter contre nous-mêmes, pour ne pas nous laisser dominer par ce genre de travers. Ils constituent une entrave à l’harmonie qui doit régner dans une société.

Rappelons-nous toujours, que la vie d’un juif doit être marquée par une volonté de perfectionnement, et que toute notre Loi n’a que ce seul but : nous faire prendre conscience de nos défauts et nous inciter à les surmonter pour mieux vivre en harmonie avec nos contemporains, ou du moins, ceux que nous côtoyons quotidiennement.

 

csicsic@aol.com

Repost 0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 09:40



A la mémoire bénie de Jacky  TETELBOM   Zal’

Liliane et William COHEN

Gisèle TETELBOM

Pascale et Gilles TETELBOM

David et Sacha

Ont le plaisir de vous annoncer la Bar Mitzvah de

Eytan   איתן

La mise des Téphilines aura lieu בסיד le Vendredi 24 Avril 2009 – 30 Nissan 5769

à la Synagogue de Nîmes – 40 rue Roussy à 7h30

Eytan sera appelé à la Torah pour la lecture de la Paracha Tazria-Metsora תזריע מצורע

Le Chabbat 25 Avril 2009 – 1 Iyar 5769

 

Pascale et Gilles TETELBOM 30 rue Raphael – 13008 Marseille – Tel. 04 91 77 50 52

Repost 0
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 16:40

Je vous fais partager le discours de Monsieur Joël MERGUI, Président du Consistoire Central de France.

Tout est dit et j'insiste particulièrement sur ce qui est notre devoir : NE PAS OUBLIER SIX MILLIONS DE MORTS;

20 AVRIL 2009

YOM HASHOAH

 

Discours de M. Joël Mergui,

Président du Consistoire Central, au Mémorial de la Shoah,

17 rue Geoffroy-l'Asnier 75004 Paris

 

 Le silence, le cri muet des 78 000 déportés de France, des six millions d'hommes de femmes et d'enfants livrés à la barbarie nazie qui  impose le recueillement est troublé cette année par les bruits de l'actualité.

 Pourquoi cette année l'actualité a-t-elle  pu franchir le seuil du Mémorial?

Les cris hideux des manifestants dans les rues de France et d'Europe en janvier, le bruit des appels  au boycott d'Israël dans les supermarchés et les universités  sont aujourd'hui  amplifiés: les Nations-Unies ont donné une tribune électorale internationale en ce jour de Yom HaShoah, à celui qui déclare que la Shoah est un mythe, qui veut détruire Israël pays construit par les mains des rescapés.

 

En confiant à un négationniste la vice présidence d'une conférence sur le racisme  n'était il pas prévisible que toutes les lignes rouges seraient franchies?

La longue liste des pays démocratiques ayant choisi de boycotter cette conférence dont les Etats-Unis, le Canada, l'Allemagne, la Pologne et la sortie des pays européens dont la France de la salle au moment du discours apporte un début de soulagement.

 Mais qu'est devenu le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies pour se mettre entre les  mains d'un dirigeant qui déclare vouloir rayer Israël de la carte et s'y prépare?

 Y aurait-il à nouveau deux sortes de Droits de l'Homme?

 

Mon indignation est forte.

Moins forte que l'amertume des survivants.

 

Nous  ne pouvons parler des déportés, des survivants sans marquer notre indignation  profonde face à ce déni de l'histoire.

Avant 1939 et jusqu'au dernier moment personne n'a voulu voir la ligne rouge, elle fut franchie et pourtant ne fut jamais considérée comme assez rouge.

La Nuit de cristal ce n'était pas une ligne assez rouge, les premières mesures, les lois scélérates rien n'était considéré comme assez rouge, ni même le sang versé.

 

Il y a quelques semaines Pourim, fête traditionnelle  nous ramenait en Perse où un danger mortel, un homme de pouvoir menaçait toute la communauté. Par une succession de circonstances et un courage hors du commun, ce malheur fut évité.

N'oublions pas que Yom Hashoah est aussi appelé  Yom HaGuévoura, la journée de l'héroïsme.

Le peuple juif ne sait pas oublier d'espérer,

 le peuple juif a toujours  devant les yeux une Promesse qui lui donne la force de se battre.

 

Le soir du Seder de Pessa'h, que nous venons de quitter,  de génération en génération nous commémorons l'espoir d'esclaves,   fils d'esclaves qui ont cru à la Parole de Moïse au point de  partir dans le désert avec pour seule nourriture quelques pains azymes. Depuis, chaque année nous rappelons la sortie d'Egypte lors des Seder. Et durant les années noires, dans les camps, il y eut aussi des seder.

Une telle capacité d'espoir semble impensable sauf pour ceux qui ont été nourris à la source de l'espoir 

 Aujourd'hui nous nous sentons parfois seuls, mais  nous ne pouvons rien laisser  passer car le silence est aussi une complicité inacceptable. 

 

Nous nous engageons devant vous qui êtes les témoins et les survivants, nous nous engageons envers ceux dont la mémoire nous a été confiée pour l'éternité, à toujours et partout nous lever et nous battre contre le négationnisme, contre l'antisémitisme et contre sa nouvelle version  l'antisionisme.

 

Il y a notre devoir de mémoire mais nous avons aussi un devoir d'avenir, une responsabilité pour l’avenir,pour maintenir vivante la flamme du judaïsme. Si dans 20 ans, nous commémorons ce Yom Ha Shoah, dans des synagogues vides, désertes, si plus personne ne sait lire le Kaddich alors cette commémoration aura perdu son sens.

Ils seront morts pour un héritage que nous n'avons pas su ou voulu préserver.

Etre juif c'est vouloir rester juif et vouloir que ses enfants soient juifs.

C'est une volonté exigeante, dérangeante, nos six millions étaient juifs et nous sommes leur famille juive, leur famille la plus proche.

C'est notre rôle de famille de continuer à partager les mêmes Fêtes, les mêmes chants, la même tradition, à redécouvrir le yiddishland.

A chacun de s'impliquer pour trouver sa place dans notre si longue histoire.

 

 

Les hommes et les femmes qui sont revenus des camps de la mort ont eu la force incommensurable de survivre à l'esclavage et à l'enfer.

 Ne nous laissons pas enfermer dans un esclavage contemporain où le droit à la différence d'être juif serait politiquement incorrect. Devons nous désormais  nous justifier de vouloir rester juifs,  de vouloir qu’un Etat, un seul et petit,  soit un Etat juif.

Etre juif c'est revendiquer notre histoire, notre  mémoire, notre  culture et vouloir la transmettre. Apprenons le yiddish, réapprenons les chants du Seder et étudions avec joie.

Certains de nos enfants apprennent le sanscrit et ne savent pas lire l'hébreu: notre humanisme notre ouverture à toutes les cultures ne doivent pas nous faire oublier la fierté de notre identité.

 

Avec la vigilance préalable imposée par le devoir de vérité, ce devoir d'avenir est le corollaire de notre devoir de mémoire, ensemble ils donnent tout son sens à cette journée internationale de Mémoire de la Shoah.

 

 

csicsic@aol.com

Repost 0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 21:26

ETRE JUIF ? C’EST QUOI ??

   

Qu’est que c'est que d'être juif ? Essayons de trouver en nous cette puissante motivation qui a fait que pendant cette longue période de 3000 ans, nos ancêtres ont préféré la mort ou l'exil plutôt que de renoncer a leur identité, et a ainsi permis au delà de toute attente, que notre peuple existe encore de nos jours et qu’il ait retrouvé, depuis seulement 61 ans, sa terre.

 

Ce n'est pas pour des motivations ancestrales, à savoir mon père et mon grand père avaient des traditions, je suis par conséquent tenu de les conserver et de les transmettre.

Ce n'est pas non plus parce que la pratique du judaïsme est quelque chose d'agréable. (Il y a plus agréable). Ni parce-que cela offre un code moral et social qui ordonne la vie et en cela assure une certaine sécurité. (L'armée en fait autant, et au niveau sécurité, sous Hitler et Staline notre judaïsme ne nous offrait rien de sécurisant.et le fou iranien dont je ne veux même pas écrire le nom nous en promet autant). Ce n'est pas non plus la terre ou l'état d'Israël. (Les juifs sont restés juifs sans leur terre pendant 2000 ans.)

 

Alors qu'est que c'est ?

 

En fait l'unique raison plausible de garder et d'affirmer notre judaïsme est au-dessus de tout argument logique, c'est notre identité profonde qui transcende toutes les limites de la raison.

Demander à un juif une bonne raison d'être juif, est équivalent à demander à des parents de donner la raison pour laquelle ils aiment et s'occupent de leurs enfants. La question elle même offre la réponse : "J'aime mes enfants parce que ce sont mes enfants", il n'y a pas d'autre raison, c'est ainsi. Et les parents ressentent qu'il doit en être ainsi.

En vérité, la seule vraie raison positive pour transmettre et protéger son judaïsme est d'ordre existentiel. C’est le fait d'être soit même juif qui nous pousse à le rester et à le transmettre.

On ne doit pas se marier hors de notre peuple et l'on doit rester attache au judaïsme simplement parce que c'est ce que l'on est.

En d'autres termes être juif c'est faire partie d'un peuple. Ce qui relie les juifs du monde ensemble, ce n'est pas juste une histoire commune, la Thora, ou des croyances communes. Ni même une race ou une ethnie. Non, ce que nous partageons en commun, ce sont les mêmes ancêtres, et une âme provenant du même lieu, et c'est pourquoi on ne peut y échapper ou s'en défaire.

Un juif né juif et il n'y a rien qu'il puisse le changer, il pourra s'asperger de toutes les eaux de baptêmes du monde, cela ne changera rien a son essence il est né restera toujours juif.

Donc l'explication de ce qu'est être juif, c'est un attachement subliminal à son peuple et à son D-ieu , qui transcende complètement toute approche logique et rationnelle. Ce qui fait de nous des juifs est irrationnel, c'est cette  relation a D-ieu, due à la possession de cette âme, qui est une partie de D-ieu lui même insufflée à l’intérieur de chaque juif sans considération aucune de son observance des "mitsvot" ou de son style de vie.



csicsic@aol.com

Repost 0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 11:24
Avril 2009

Primo a la douleur de vous faire part de la disparition tragique, à l'âge de 60 ans, des suites d'une longue maladie,

de la Déclaration Universelle des "Droits de l'Homme"

lors d'une conférence des Nations Unies à Genève.

Primo s'associe à la peine de la famille des amoureux de la vie, de la paix et de la liberté.

La cérémonie des obsèques aura lieu à Téhéran, sous le haut parrainage des dirigeants libyen et iranien.

Uniquement sur invitation

Ni fleurs, ni couronnes.

Les invitations sont à retirer dans les représentations officielles de l'ONU
et de la Ligue Islamique Mondiale
Se munir d'un passeport (non israélien) en cours de validité


Les Juifs, les femmes, les athées, les homosexuels pourront suivre la cérémonie sur écran géant
dans les stades prévus à cet effet au sein des grandes métropoles
(Suivre le fléchage indiqué sous le logo "Vel d'Hiv")
Faire-part repris de l'excellent site Primo    http://www.primo-europe.org/
Repost 0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 10:38

Durban II : premier couac

La grande mascarade genevoise a démarré lundi 20 avril.

Vendredi soir, le comité préparatoire de la conférence d’examen de Durban a adopté par consensus un projet de déclaration. La réunion s’ouvrira donc bien lundi à Genève.

Najat al-Hajjaji est une belle femme plantureuse. C’est elle la présidente libyenne du comité préparatoire. Elle offre un visage rassurant et souriant à qui s’inquièterait de la tournure que vont prendre ces assises.

Il faut dire que la première édition de 2001 s’était caractérisée par son obsession anti-israélienne.

Toute à son bonheur et à sa fierté, Najat n’hésite pas à jouer de son marteau de présidente pour ponctuer toutes ses interventions. L’utilisation de l’objet semble lui plaire et l’amuser et ce genre de hochet a toujours comblé l’ego des vaniteux à qui l’on confie une fonction honorifique.

La fin de la réunion préparatoire lui a été sans doute beaucoup plus pénible. Un malotru s’est permis de prendre la parole en déclarant :

« Me reconnaissez-vous, Madame la présidente ? ».

Silence gêné de l’intéressée…

« Je suis le médecin palestinien arrêté, emprisonné et torturé par votre pays, en compagnie des cinq infirmières bulgares dans l’affaire des enfants infectés par le VIH à l’hôpital de Benghazi… »

Malaise… La belle présidente, jusque-là droite comme un i, est affalée dans son fauteuil à la manière d’un Shérif texan.

Toc toc toc toc toc…. fait-elle avec un marteau qui ne l'amuse manifestement plus et afin de couvrir la voix du butor, avant de conclure que les propos tenus dépassent le cadre de la réunion.

Tiens donc: on arrête arbitrairement, on emprisonne sans preuves, on torture impunément? Et cela dépasserait le cadre d'une réunion sur les Droits de l'Homme?

Ce qui est sûr, c’est qu’une présidence libyenne et une vice-présidence iranienne à une telle assemblée, dépassent, elles, l’entendement…

Jean-Paul de Belmont © Primo, 18 avril 2009

 

 

Repost 0
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 11:02

Dominique BELLION

Préfet du Gard

 

Paul BENGUIGUI

Président de la Communauté Israélite de Nîmes et du Gard

 

Vous prient d’honorer de votre présence

Les cérémonies commémoratives de la journée nationale de la déportation

 

Qui se dérouleront à Nîmes

Le dimanche 26 avril 2009

A 10 h 30

 

Monument des martyrs de la Résistance – bd Jean Jaurès

Repost 0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 14:57

INVITATION

 

Monsieur le Rabbin Levy BITTON et son épouse ont la joie

de vous inviter à la nomination de leur fille

 

                           hkrb  anyyw

 

qui aura lieu le

 

DIMANCHE 26 AVRIL 2009 à 13 heures

au Centre Communautaire

5, rue d’Angoulême – NIMES

 

Une Seouda suivra la cérémonie

 

Ils comptent absolument sur votre amicale présence

et vous demandent de bien vouloir confirmer

en laissant un message au

Téléphone : 06 68 87 82 86

Ou par Email : levybitton@gmail.com

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives