Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 08:52

781

Hypocrisie des nations

Lors de "l'intronisation" de la Palestine comme pays non-membre (un strapontin, quoi) à l'ONU, chacun peut constater que le monde mise sur l'effacement d'Israël - comme l'indiquent à la fois le logo du Fatah et du Hamas composant le soi-disant Etat "Palestine", et la Charte du Hamas qui n'a rien supprimé de la volonté absolue de détruire Israël, "l'entité sioniste". Sur les logos du Fatah et du Hamas en effet, Israël est remplacée par la "Palestine".

Khaled Mashaal, le chef du Hamas, l'a déclaré le 8 décembre : "Du Jourdain à la mer, du nord au sud, la Palestine est notre terre, et nous ne céderons pas un seul pouce de son territoire". Il continue : "La Palestine était, est et sera toujours arabe et islamique : c'est une terre qui nous appartient, nous et personne d'autre ! Nous ne pourrons jamais reconnaître l'occupation israélienne en Palestine, car ce pays nous appartient, et certainement pas aux sionistes !".

Mahmoud Abbas suit la même voie, selon son discours à l'ONU, où se côtoient : mensonge, négationnisme, propagande haineuse. Voir les "15 points" de son texte.

Sur un autre plan, nous voyons que la Syrie vient de bombarder un camp palestinien, notamment une mosquée où se trouvaient 600 personnes - Bilan : au moins 25 morts et nombre de blessés... Combien de protestations ont eu lieu à ce sujet ?... Y a-t-il eu une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU ?... Combien en France sont descendus dans la rue, ceux qui s'indignent lorsqu'Israël bombarde (de manière ciblée) un bâtiment abritant des terroristes, ou des stocks de missiles et de munitions ?...

Soyons réalistes : en Syrie, les "méchants" ne sont pas juifs... donc l'honneur est sauf. Bref, on peut tuer des Palestiniens (pardon pour le cynisme), pourvu que ce ne soit pas le fait des Israéliens/Juifs. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), on recense en Syrie plus de 43 000 morts depuis le début du conflit en mars 2011. Doit-on le dire encore et toujours, le monde agit selon le principe des "deux poids et deux mesures". Tant que les Israéliens ne sont pas les auteurs des massacres, on peut fermer les yeux...

Cela devrait, si l'on est honnête, nous amener à comprendre que le problème dans le conflit palestineo-israélien, n'est pas un conflit de territoire, mais un conflit religieux, portant sur l'existence même d'Israël en tant qu'Etat juif !

Le conflit n'est pas territorial !

Le 2 décembre, Yossi Kuperwasser, ancien général et n°2 des Renseignements militaires, et directeur du ministère des Affaires stratégiques, a présenté un rapport à la Knesset (tiré d'Hamodia - 12/12), sur les messages haineux diffusés par les dirigeants de l'AP (Autorité Palestinienne), ainsi que par les médias et les manuels scolaires palestiniens. Sa conclusion est donnée, en quatre points :

1.           Le fait que pour l'AP, le conflit avec Israël n'est pas territorial, mais porte bien sur l'existence d'Israël, en tant qu'Etat juif.

2.           Leur but ultime est bien d'éliminer l'Etat juif, et de revendiquer la "terre historique de Palestine". Pour eux, ce conflit prendra fin uniquement lorsque cet objectif sera atteint, quels que soient les accords signés.

3.           Dans cette perspective, toutes les formes de luttes - y compris le terrorisme - sont légitimes : les terroristes sont considérés comme des héros nationaux et des modèles. Ce qui n'exclut pas qu'à certains moments, la lutte diplomatique ou politique puisse s'avérer plus payante que le terrorisme...

4.           Il n'existe aucun programme ni contenu éducatif par lesquels l'AP entendrait préparer les enfants palestiniens à la paix et à la coexistence avec Israël. A l'inverse, ce sont bien les enfants qui sont la cible principale de cet endoctrinement permanent à la haine et à la violence.

Le silence ne nous sauvera pas !

Alors que les nations se détournent d'Israël, drapées de leur bonne conscience, nous revivons l'Histoire : c'est en 1938, aux Accords d'Evian, que les nations se sont détournées de la "question juive" ! Face au refus massif des nations d'aider les réfugiés juifs de l'époque, Hitler pourra dire : Moi, je vais m'en occuper !". Le monde se lavait les mains. Aujourd'hui encore, le monde se lave les mains.

Qu'en est-il du monde chrétien ?... En aucun cas, les chrétiens ne pourront se réfugier derrière le silence, ou l'indifférence. A part des exceptions notoires, cela a été le cas avant et durant la Shoah : "un silence assourdissant" : l'Eglise s'est tue !...

Aujourd'hui encore, la Chrétienté est placée devant ce choix : défendre ou abandonner Israël le peuple/nation choisi de Dieu. Nous ne pouvons que nous référer au choix divin. "Ecoute, Eglise, l'Éternel est UN (Il ne change pas)"... Il est toujours amoureux d'Israël (Jér 31:3). Amis chrétiens, choisissez la vie !

"J'en prends aujourd'hui à témoin contre vous le ciel et la terre, J'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité...". Deut 30:19

 

De Jérusalem,

4 163X65Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ

 

 

 

Repost 0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 10:55

bible-37

L’histoire est bien connue.... Moïse a trois mois, il ne peut rester chez ses parents en Egypte à cause des décrets et persécutions du Pharaon, sa mère lui confectionne un berceau flottant qu’elle jette dans le Nil en espérant, et en priant pour son sort.

La fille du Pharaon, Bitya, décide de se baigner par une belle journée ensoleillée, elle aperçoit alors au loin dans le Nil ce petit berceau. Cela ne fait aucun doute pour elle, un bébé doit y être enfermé. Mais que peut-elle bien faire ? Elle est beaucoup trop loin pour l’attraper !

Un commentateur raconte que Bitya fit un geste, a priori insensé, puisqu’elle tendit la main pour saisir le berceau. A la surprise générale, le miracle se produisit et son bras s’allongea pour atteindre le berceau avec le petit Moïse, dont elle prit le plus grand soin par la suite.

Ce récit, bien qu’extraordinaire, nécessite pourtant un petit éclaircissement : Comment pouvait-elle prévoir qu’un miracle allait rallonger son bras pour qu’elle attrape le berceau ? Pourquoi Bitya a-t-elle tendu le bras ?

Cette question nous invite à une réflexion plus générale. Dans quelle mesure un individu doit-il s’investir pour tenter d’aider son prochain ? Cette implication est-elle souscrite à un contrat de réussite ? Et si j’ai la certitude que mon action n’est pas en mesure de répondre au besoin de l’autre, suis-je pour autant acquitté de ma contribution ?

Bien souvent, on renonce à aider ou à faire part de notre compassion parce que nous considérons notre action inefficace. L’argument est souvent légitime. Une parole douce ou une marque de sollicitude envers une personne en souffrance à cause d’une perte, d’un malheur ou en proie à une détresse profonde, ne pourront jamais combler ces manques. Notre contribution paraît insignifiante face au désarroi de l’autre.

Dans ces conditions, la tentation de l’inertie est réelle : que puis-je faire ?

Certes, le bébé peut se noyer car il est seul sur le Nil et la moindre vague peut l’emporter au plus profond du fleuve, mais mon bras est trop court, je suis trop loin, impuissant !

Bitya, elle, décida qu’il n’en était pas ainsi! Impossible de rester passive devant ce spectacle, elle préfère agir, même si le pourcentage de réussite est proche de zéro, elle ne peut se résoudre pour autant à ne rien faire. Elle tend son bras, « fait le premier pas », et c’est seulement à ce moment-là que le miracle se met en route. Il n’y a pas de miracle sans la tentative de l’homme, il n’y a pas de miracle tant qu’on ne décide pas d’agir.

 

Repost 0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 11:44

 

Claude
Repost 0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 11:01

thumb

La paracha de la semaine nous présente les deux rêves de pharaon. Ce grand souverain de l'Egypte rêve à sa mesure de roi. Son souci royal se traduit dans l'élevage (sept grosses vaches) et dans le pâturage (sept beaux épis). Mais voilà, la vie économique connaît des hauts et des bas, en particulier quand la nature s'en mêle.

Pharaon est perturbé par deux rêves de destruction : les grosses vaches avalées par des vaches maigres qui resteront maigres (un "rêve" pour ceux qui ne veulent pas grossir), et les beaux épis avalés par des épis qui resteront toujours desséchés. Le midrach fait remarquer que dans son rêve le pharaon se tient "sur" le fleuve, le Nil, qui est en fait une divinité. Ainsi le fils de Rê (sens du mot parô), le fils du dieu soleil est au-dessus du Nil.

"Rabbi Yohanan enseigne : Les méchants se tiennent sur leurs dieux, comme il est dit "le pharaon se tenait sur le fleuve" ; mais pour les justes, Dieu se tient sur eux, comme il est dit à propos du rêve de Jacob "et l'Eternel se tenait sur lui". (Béréchit Rabba § 69).

D'une certaine manière, les méchants sont ceux qui assujettissent leur divinité à leurs propres exigences, alors que les justes se soumettent entièrement à la volonté de Dieu.

Philippe HADDAD

 

Repost 0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 21:52
Repost 0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 09:08

Drapeaux 470-2-c6baf


Je vous prie de m'excuser!
Etre israélien, ce n'est pas seulement être citoyen d'un pays, c'est aussi l'appartenance à une nation, la possession d'une identité juive qui nous a si souvent été contestée, refusée ou niée, c'est l'adhésion
à des valeurs de tolérance et d'humanisme
C'est donc à ce titre que je me dois de faire mon autocritique. C'est la raison pour laquelle je demande à mon gouvernement d'en tirer toutes les conséquences et de prendre les mesures appropriées à l'instar de celles des pays qui ont convoqué les ambassadeurs israéliens cette semaine suite au projet de construction de 3.000 nouvelles unités de logement en zone E1.
Car, depuis ma naissance, je suis un voleur de terres et je me suis rendu partout ou presque, où sévissait l'occupation.
En effet, je vous prie de m'excuser d'être né en Belgique, un pays qui n'existe que depuis 1830.
Etant donné les problèmes ethniques et linguistiques de cette entité, l'Onu devrait intervenir pour imposer soit un rattachement de la Flandre et de Bruxelles (sauf Uccle et Ixelles) aux Pays Bas, et de la Wallonie ainsi que des deux communes francophones de Bruxelles à la France, ou alors exiger une formule de deux Etats pour deux peuples avec Bruxelles sous contrôle européen.
Je demande donc au gouvernement israélien de convoquer l'ambassadeur de Belgique (qui vient d'ailleurs de présenter ses lettres de créances au président Pérès cette semaine) pour lui demander de démanteler son pays afin de mettre un terme aux tensions entre les deux ethnies ennemies.
Je vous prie de m'excuser d'être aussi de nationalité française. Car je me suis rendu en Corse, en Alsace, en Bretagne, dans les DOM-TOM dont les populations vivent sous l'occupation et sur les territoires desquels des colons français construisent des logements et des villas sans se soucier des autochtones.
Par conséquent, je demande à Israël de convoquer l'ambassadeur de France (désolé, rien de personnel, Christophe Bigot est un véritable ami d'Israël) pour lui signifier la condamnation de Jérusalem et exiger la fin de la colonisation. Bien sûr, la France reste une amie, mais nous lui demandons de revenir sur les autorisations qu'elle accorde aux colons français de construire de nouvelles unités de logement qui sont de véritables provocations à l'égard des populations locales. Nous condamnons les violences des deux parties, comme par exemple celles des nationalistes corses, mais aussi celles de la présence militaire française à laquelle nous demandons de faire preuve
de retenue.
Je vous prie de m'excuser d'avoir visité la Grande Bretagne, une puissance qui occupe l'Irlande du Nord (Ulster), l'Ecosse mais aussi les îles Malouines dans l'Atlantique-sud, au large des côtes argentines et Gibraltar, une terre espagnole. Si ces territoires ne sont pas occupés, comment se fait-il que l'Ulster et l'Ecosse ont des équipes de football qui concourent aux coupes d'Europe et du Monde ?
Je souhaite donc que mon gouvernement convoque l'ambassadeur britannique afin de lui signifier que cette situation est intolérable, qu'Israël est très attaché à l'émergence d'un Etat écossais, qui a
existé de 843 à 1707, à l'unification de l'Irlande, au retour des Malouines à l'Argentine et de l'enclave de Gibraltar à l'Espagne.
Je demande également la convocation de l'ambassadeur américain pour l'occupation des territoires amérindiens dont New York, une terre volée par les colons aux Indiens Lénapes ou Delaware.
Comment ne pas convoquer l'ambassadeur de Russie dont le pays occupe la Tchétchénie où Moscou fait régner la terreur, où sont déployés plus de 100.000 militaires, où le bilan humain du côté de la résistance s'élève à 160.000 morts ? Nous exigeons que la Russie se conforme à la loi internationale, respecte les droits de l'homme, cesse ses provocations et retourne à la table des négociations.
Je pourrais continuer, car la liste est longue. Mais est-il vraiment nécessaire de poursuivre dans la logique grotesque ?
C'est pourtant à cette argumentation absurde qu'ont eu recours les chancelleries occidentales lorsqu'elles ont convoqué cette semaine les ambassadeurs israéliens pour les sermonner, pour "clarification", dit-on en langage diplomatique.
Il est vrai que Netanyahou aurait pu mieux s'y prendre. En faisant passer le projet de construction en zone E1 comme des représailles après la reconnaissance du statut d'Etat non membre de la Palestine à l'Onu, le Premier ministre a perdu en une seconde le crédit diplomatique qu'il avait engrangé lors de "Pilier de défense".
S'il avait expliqué dès le début que ce projet de constructions de 3.000 unités de logements était prévu depuis longtemps mais qu'il n'est pas prêt, à court terme, à être mis en chantier, s'il avait indiqué qu'Israël ne bloquait pas 92 millions d'euros de taxe collectées pour le compte de l'Autorité palestinienne, mais qu'il transférait cette somme aux débiteurs israéliens de l'AP, comme la compagnie d'électricité, pour couvrir une partie des dettes contractées par les Palestiniens, il aurait ainsi pu justifier les mesures qu'il a prises.
Bien sûr, l'argumentation internationale est hypocrite et ne tient pas. C'est comme si aujourd'hui, la majorité de la population du département de la Seine St Denis, qui est d'origine arabo-musulmane,
exigeait l'indépendance, avec les arrondissements nord et est de Paris pour capitale, et pourquoi pas une continuité territoriale jusqu' à Marseille, sans oublier Roubaix.
Si Benyamin Netanyahou n'a pas toujours le sens de la nuance pourtant nécessaire lorsqu'on est aux commandes d'un Etat comme le nôtre, les puissances occidentales ne témoignent pas non plus d'une grande subtilité.
Nous n'avons donc pas de leçons à recevoir d'un pays qui a pratiqué la torture et tué plus de 200.000 civils pendant la guerre d'Algérie pour tenter de garder ses colonies, ni d'un autre qui a commis des crimes et des horreurs au Congo, pas plus que d'un troisième, dont l'Inde, le Pakistan et le Bangladesh se rappellent des atrocités de son occupation et qui nous a mis dans la situation dans laquelle nous sommes, en traçant de quelques coups de crayon les frontières fictives du Moyen-Orient d'aujourd'hui.
Tant que je n'aurai pas fait mon "mea maxima culpa" de colonisateur européen, pourquoi ferais-je mon "mea culpa" de Juif israélien n'occupant après tout que la terre de mes ancêtres ?
Nous fêtons depuis samedi soir le miracle de Hanoukka. J'aime particulièrement cette fête, car elle symbolise la persévérance et la pérennité de notre Peuple. Si j'avais été un des ambassadeurs
convoqués par les chancelleries occidentales, j'aurais offert à mon interlocuteur un chandelier (Hannoukkia). Tel est le message d'Israël au monde.
Hanoukka Sameah à tous.


Marc Femsohn
redaction@guysen.com

 

Repost 0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 08:55

image006

 

 

APPEL URGENT

Tsahal mobilise toute l’année des réservistes et des

volontaires pour la préparation de ses équipements.

Suite à l’opération « Pilier de défense » cette action s’est amplifiée et nécessite une participation plus importante de volontaires.

Quelque soit votre âge, venez vous rendre utile

dans des bases sécurisées de Tsahal.

Prochains départs prévus :

le 23 Décembre, le 13 Janvier et le 10 Février

pour 7,15 ou 19 jours.

Contactez vite Sar El –Volontariat Civil au 01 44 15 23 21

ou 06 52 24 94 22

 

contact@ccj34.com

04 67 15 08 76

www.ccj34.com

CCCJ sur FACEBOOK

 

 

 

Repost 0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 10:14

547332

N’avez-vous pas comme une sensation de déséquilibre général, quasi physique ? De fait, nous vivons un temps qui présente, par bien des côtés, un aspect d’étrangeté nouveau. Il y a encore peu d’années – mais c’était un autre siècle – le monde présentait un caractère de stabilité à la fois effrayant et rassurant. Effrayant car la vision d’éternel affrontement qu’il offrait avait souvent de quoi inquiéter. Rassurant car on s’était fait à cette situation qui, finalement, semblait résister aux dérives les plus graves. Mais, un jour, tout changea et le changement fut brutal. On salua d’abord une fin annoncée de l’histoire. Un nouveau monde de paix, de liberté et de démocratie allait émerger crut-on. A tous ces espoirs ne répondirent que la montée de nationalismes repliés sur eux-mêmes et l’ascension de fanatismes divers mais toujours barbares. Toutes les conditions furent bien vite réunies pour que l’avenir cesse d’être prévisible et qu’éclatent, partout dans le monde, ce qu’on n’arrêta plus de nommer des « crises », comme si ce terme pouvait désigner un état permanent ou presque…

Est-ce lié à cette évolution ? Sans doute pas, cependant comment ne pas relever que, dans le même temps, les normes sociétales – toutes valeurs fondatrices de nos civilisations – ont été, peu à peu, battues en brèche ? Ce qui avait structuré les mentalités – le sens du spirituel et de la transcendance, la famille comme cellule sociale de base etc. – tout cela a été remis en question avec ardeur au nom d’une modernité militante. Croyant conquérir la liberté, on n’a alors souvent obtenu qu’une nouvelle forme d’asservissement. Ainsi l’incertitude régnant en maître, il n’est plus resté que le souci de l’instant qui passe – une sorte de désir mal défini, rapidement satisfait et toujours inassouvi.

Et si l’équilibre commençait d’abord en nous ? Et s’il était possible de construire ainsi un univers intérieur et global porteur de projet et, par conséquent, d’espérance ? Chacun a un rôle à jouer dans l’édification de cette harmonie générale. Il ne s’agit pas ici d’une sorte d’inutile nostalgie ou d’un retour en arrière chimérique. Car il ne faut pas l’oublier : le judaïsme croit au progrès. Il sait que l’homme en est l’acteur et que, pour parvenir à cet accomplissement, il doit avancer sur le chemin tracé, depuis l’origine des choses, par le Créateur.  

Haïm Nisenbaum

 

Repost 0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 09:31

2012-12-0818.23.53

Repost 0
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 15:31

jacques-kupfer

par Jacques Kupfer

Monsieur,

Dans les hautes fonctions qui sont les vôtres, il est évident que vous savez choisir les priorités. Les problèmes qui secouent notre planète sur tous les continents sont tellement intenses et nombreux que vous devez sélectionner avec soin ceux qui méritent toute votre attention et qui nécessitent une réaction immédiate.

 Vous avez toutefois, à titre personnel et au nom de votre organisation, une prédilection particulière pour le Proche Orient.

 A juste titre, cette région du monde exige toute votre attention.

 Les coptes massacrés en Egypte, les Syro Chaldéens tués et expulsés d’Irak, les maronites en voie de fuite au Liban, le peuple kurde bombardé par les avions turcs

 et privé de tous ses droits, le réacteur nucléaire en Iran et les tentative syriennes…

 C’est pourquoi je me pose des questions en lisant votre récente déclaration sur

 les événements se déroulant dans la capitale juive, Jérusalem.

 Un promoteur immobilier a acquis de la manière la plus légale qui soit, un bâtiment anciennement dénommé « hôtel Shepherd ».

 Cet immeuble abritait le mufti Hadj Amin El Husseini, l’allié d’Hitler et le créateur des unités SS musulmanes. Il est évident qu’un tel immeuble a une valeur historique indéniable pour les successeurs du mufti et leurs amis.

 En fait ce lieu côtoie le tombeau de Simon le Juste, haut lieu de prières pour les Juifs.

 Le promoteur, muni des autorisations municipales nécessaires, a détruit cette

 vieille carcasse en ruine pour y construire un ensemble d’habitations modernes

 et correspondant au style de Jérusalem. Une bouffée de fierté .

 Vous avez immédiatement réagi, en condamnant cette opération qui mettrait « en danger les négociations » en cours entre Israël et les arabes de Judée Samarie.

 Voyez-vous, M. Ban KI Moon, votre attitude m’inspire évidemment une bouffée de fierté en constatant qu’un immeuble à Jérusalem, surtout dans sa partie orientale, a une telle importance que le responsable de l’ONU s’attarde à le commenter.

 Une construction juive dans la capitale juive de l’Etat Juif requiert une absolue priorité par rapport aux événements planétaires. Vous avez raison, de manière inconsciente certes, de sentir que la construction juive sur notre Terre hâte l’avènement d’une ère nouvelle.

 Ma seconde réflexion consiste à me demander si vous êtes totalement ignare (ce que je ne peux croire) ou antisémite forcené (ce que je n’ose imaginer).

 Permettez moi de vous expliquer pourquoi.

 Je ne peux douter un seul instant que vous ayez lu la Bible et que vous sachiez que Jérusalem est la ville du Roi David(non, pas Daoud!), la ville sainte pour le peuple juif où furent édifiés nos Temples sur le Mont du Temple (pas l’esplanade des mosquées).

Vous n’ignorez pas que Jérusalem est la ville de nos prophètes juifs et que c’est dans sa direction que mon peuple juif en exil s’est tourné pendant deux millénaires pour ses dévotions juives.

 Vous ne pouvez également ignorer que nos prières pour la reconstruction de notre capitale sont répétées quotidiennement depuis le premier jour de notre bimillénaire exil.

 Vous savez que nous jurons au moment de fonder un foyer juif que « notre droite dépérisse » si jamais nous oublions Jérusalem.

 Tout cela, à moins d’être effectivement un ignare bâté, vous le savez.

 Ignare ou antisémite :

 J’ignore si vous savez qu’il n’y a aucun lien entre l’islam et Jérusalem, que son nom ne figure pas une seule fois dans tout le Coran.

 Ce n’est que la libération de Jérusalem par l’armée juive en 1967 qui a déclenché un attachement aussi soudain que suspect à Jérusalem.

 Le seul peuple ayant un droit historique, national, religieux, moral sur Jérusalem est le seul peuple Juif.

 Et donc, si vous l’ignorez, vous êtes un ignare et si le sachant, vous réagissez en condamnant la construction chez nous, vous êtes un antisémite.

 Vous ne pouvez pas ignorer, M Ban Ki Moon, que la prime à l’agression n’est pas une pratique civilisée et que ce n’est pas l’agresseur vaincu,qui dicte ses conditions à l’agressé vainqueur.

 Ce n’est pas l’Allemagne nazie qui a dicté ses conditions de reddition et ce n’est pas le Japon impérial qui a décidé des suites du conflit.

 Les alliés, vainqueurs, ont imposé aux vaincus des conditions de reddition impératives.

 Les îles Sakhaline furent annexées par l’Union Soviétique,Eupen et Malmédy repris par la Belgique, l’Alsace et la lorraine définitivement récupérées par la France.

 Pouvez-vous ignorer que le Peuple juif est revenu sur sa terre, conformément à son destin éternel et en accord avec la Société des Nations, les accords de San Remo et le droit du vainqueur.

 Le Peuple d’Israël fut agressé dès sa création par une coalition des états arabes voisins, attaqué à nouveau en 1956, menacé de disparition en 1967, attaqué le Jour le plus saint de son calendrier à Yom Kippour en 1973, soumis à la guerre d’usure, aux attaques terroristes à partir du Liban et des villes occupées par les arabes, obligé d’entreren guerre au Liban, soumis aux tirs des Kassams de Gazaet des tirs meurtriers sur sa frontière Nord.

 Quel exemple avez-vous vu dans l’Histoire de l’Humanité, où un agresseur barbare est vaincu mais garde la faculté de dicter ses conditions pour « négocier ».

 Il appartient et il a toujours appartenu au vainqueur de dicter les conditions de la reddition de son ennemi, de fixer les frontières de son pays et de déterminer librement où se situe sa capitale.

 « peuple palestinien »:

 Vous savez certainement que « le peuple palestinien » est une invention fort récente et que jamais une « Palestine » arabe » n’a existé dans l’Histoire.

 Vous savez que les fonds versé aux prétendus « réfugiés palestiniens » permettent de continuer à entretenir des parasites malfaisants et corrompus depuis des générations, de fournir des sommes énormes pour la nomenclature terroriste, édifier des villas luxueuses à Gaza et Ramallah.

 Vous savez que les pays arabes où vivent ces parasites refusent de les naturaliser et de leur permettre une intégration en leur sein qu’ils réclament pour les arabes dans les pays occidentaux.

 Vous savez que ces mannes financières qui alimentent le terrorisme arabe depuis six décennies auraient pu solutionner tous les problèmes que rencontre le continent africain.

 Si vous l’ignorez, vous êtes un ignare mais si vous le savez, vous êtes un antisémite. A vous de choisir.

 La troisième possibilité:

 En fait il existe une troisième solution que je n’ose vous proposer, le cumul des deux qualifications soit ignare et antisémite.

 Bien sur, cette lettre sans changer un iota aurait pu être adressée à de nombreux hommes politiques occidentaux mais vous les représentez si bien!

 D’ailleurs vous aurez une splendide opportunité de prouver une fois de plus votre attachement à la tolérance religieuse!

 Désormais, les juifs auront enfin la possibilité de prier devant ce que nous appelons le « petit Kotel », un morceau de la muraille autour de notre Mont du temple.

 Cet endroit se situe dans la partie encore peuplée d’arabes de notre capitale.

 Je suis persuadé que vous déciderez que des prières juives en un tel lieu seront une raison suffisante pour mettre un terme aux « négociations ».

 Vous serez sûrement rejoint sur ce point par un président européen qui trouve normal que des musulmans bloquent les rues de sa capitale en imposant leurs prières publiques mais qui trouvera anormal que les Juifs en Israël puissent prier devant un reste de leur gloire passée, une preuve de leur grandeur actuelle et un gage de leur splendeur future.

 Comme l’affirmait M. Menahem Begin :

 « Nous y sommes par la force du droit et non par le droit de la force ».

 Mais s’il faudra, le démontrer par le droit de la force….

 Avec mes salutations pas trop respectueuses,

 Jacques KUPFER

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives