Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 16:24
WIZO.jpg


et puis il faut savoir que :

La WIZO en Israël, c'est :

 

Des crèches pour 15OOO enfants Des lycées techniques Des centres de jeunes,

 

Des cercles du 3ème âge,

 

Des abris pour femmes battues,

 

Des centres de prévention contre la violence,

 

Des groupes d'activités pour familles monoparentales

 

et

 

Toute une gamme de services pour les nouveaux immigrants de toutes origines



Repost 0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 15:15
photos-4673-375X500.jpgphotos-4661-500X375.jpgphotos-4648-500X375.jpgphotos-4645-500X375.jpgphotos-4621-500X375.jpgphotos-4636-500X375.jpgphotos-4598-500X375.jpg

photos-4634-500X375.jpg

















photos-4629-500X428.jpg
Un grand merci à Mr le Rabbin Levi BITTON pour son initiative et pour le bonheur qu'il a donné à toute la communauté de Nîmes et à la joie qu'il a procurée aux enfants
.

csicsic@aol.com
Repost 0
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 18:53

Informer autrement

pour renforcer l’amitié

                   France – ISRAEL

La voix de la différence

Pour sortir de l’indifférence

 

 

 

 

                                                            France-Israelb.jpg

  

                                                                                                     

 

 

 

                                                           CONVOCATION

 

 

Nous vous  invitons à participer à l'assemblée générale

de l'association France-Israel-Nimes Gard, qui    se tiendra le:

 

Mercredi 17 Mars à 14h30

            

Au Centre Communautaire Sarah & Aimé Grumbach

5, rue d'Angoulême à Nîmes

Nous vous attendons très nombreux.

                                                                                            Le président 

 

Repost 0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 10:19

moise 352X316

Ki_Tissa

 

Le début de cette paracha semble sympathique. Il est question du recensement du peuple hébreu selon une recette presque indolore. Chaque adulte mâle, âgé de vingt ans et plus, donne un demi sicle. La somme recueillie et comptée a double rôle. Les sicles serviront d’une part à acheter le bétail pour les sacrifices de l’année et d’autre part ils permettent de connaitre le nombre exact de la population. A ce jour nous continuons à collecter des sommes d’argent en souvenir du demi sicle, afin de ne pas oublier cette recommandation le jour où D. reconstruira le Temple. Depuis le début d’Adar l’appel est lancé dans toutes les synagogues et cette collecte s’ajoute aux autres en guise de solidarité communautaire.

 

Mais cette paracha nous apporte une indication essentielle de l’état moral de ce peuple certes libre mais fragile après ce goulag égyptien qui a laissé des séquelles traumatisantes. Le choix du veau d’or comme symbole de guide en remplacement de Moché, absent depuis quarante jours et quarante nuits, s’explique logiquement et illogiquement à la fois.

 

La divinité égyptienne en forme de veau que seuls les égyptiens adoraient, et que les hébreux exécraient en Egypte, prend une place énorme dans le drame de ce peuple abandonné momentanément. Il n’hésite pas interpeller Aaron pour lui présenter un autre dirigeant qui sera le change de Moché. Il n’y a pas à première vue de faute irrémédiable commise par tout un peuple désespéré et qui a besoin d’une autorité de référence. L’illogique est dans le choix d’une statue en or et qui prend les traits de ce veau, animal mythique égyptien. Le projet de Moché, Aaron et tous les responsables hébreux qui ont éduqué cette population pour une reconnaissance de D. unique et sans image explose et éclate en mille morceaux.

 

Moché refuse de devenir un personnage central, une sorte de fils de D. ou de représentant d’une puissance céleste qui doit en permanence être présent même après sa mort, sans quoi toute la nation est en danger de disparition. Les religions issues de la nôtre, ont eu besoin de ce stratagème pour non seulement exister mais aussi perdurer.

 

La faute du veau d’or va changer les rapports entre D. et son peuple. Les tables de la Loi écrites sur un matériau provenant de D., vont être gravées sur une matière plus courante : la pierre. Il est dorénavant nécessaire de s’appliquer à étudier, à mémoriser, à comprendre avant de pouvoir appréhender la Thora.

 

La recherche et la quête de D. changent d’aspect. Seules les personnes capables de fournir des efforts pour vivre selon les lois de la Thora seront récompensées et approcheront le trône divin. La notion de l’ignorance comme un critère d’handicap humain pour l’approche du divin est compréhensible même si les sages ont toujours prôné le devoir du savoir.

 

Dans toutes les générations futures, le père se doit d’éduquer son fils comme une obligation aussi importante que de lui apprendre un métier. Tout individu s’intègre dans une société par deux chemins : l’éducation et le travail pour gagner sa pitance.

 

Rabbin Salomon MALKA

 

 

 

Repost 0
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 22:11
Repost 0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 18:42
brit milah
Repost 0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 12:02

"DIASPORA ET JUDAISME-

 

La femme est l'avenir de l'homme dit le poète mais si elle demeure stérile, il n'est point d'avenir. Aussi, ne brisons pas les ailes de l'enfance avant qu'elle ne s'envole pour un ailleurs embrumé. Au contraire, ouvrons lui l'espace de nos maîtres et entourons la de notre bienveillance. Qu'importe la religion de la maman si son consentement à l'entrée de son enfant dans la maison de MOÏSE est avérée! Pourquoi demander la conversion à cette femme, à cette mère? Pourquoi lui imposer l'abandon de sa religion pour s'octroyer la bonne grâce des Rabbins? Les juifs ont-ils déjà oublié les conversions forcées de leurs frères d'Espagne et du Portugal? Ont-ils déjà oublié la souffrance des prières chuchotées, des louanges adressés en cachette, du renoncement au judaïsme pour raison de survie? Les juifs voudraient-ils imposer cette infâme conversion à des femmes coupables d'amour envers un des leurs? De victimes, les juifs seraient-ils devenus bourreaux? Bien sur que non! Bien sur que non! Le juif n'a rien oublié. Chaque pogrom, chaque atteinte à son intégrité physique, cultuelle ou territoriale parle encore à ses nuits d'insomnie, chaque morceau de l'histoire des "marranes", chaque départ pour une terre inculte ou inconnue traverse ses océans d'angoisse, chaque sirène qui agresse ses tympans lui coud une étoile jaune sur le cœur. Non, il n'a rien oublié et parce qu'il n'a rien oublié, il resserre le cercle de famille, se méfiant de tout et de tous, gardant jalousement son trésor, les tables de la loi, fermant la porte au nez des "impurs de la religion".

Ne serait-il pas plus raisonnable d'ouvrir toutes grandes les portes de la synagogue pour ces juifs en devenir que sont ces enfants de mariages mixtes? Pourquoi leur dénigrer le droit d'être juif alors qu'ils évoluent dans le judaïsme depuis leur plus tendre enfance par la seule volonté de leurs parents. Des parents qui se voient obligés de faire appel à un chirurgien pour la traditionnelle circoncision, loin de la chaise du prophète Elie, sans la présence du Rabbin pour bénir cet acte de foi, ce passeport identitaire qui les accompagnera tout au long de leur existence.

Cette adhésion librement consentie mérite le respect et l'étude approfondie de ces élans du coeur en faveur du judaïsme. Peu importe que la mère soit issue d'une autre religion, qu'elle ne maîtrise pas encore la parole de D...., qu'elle tâtonne en cuisinant les plats de la fête si elle entérine la volonté de son époux de voir son fils perpétuer et son nom et sa race en embrassant la religion du père.

Alors, le petit suivra les cours du Talmud Thora. Il étudiera l'histoire de "son" peuple à l'abri de l'aile protectrice de "sa" religion.

La "Bar Misvah" l'enregistrera dans le livre du judaïsme et son patronyme résonnera encore d'accents entendus çà et là, entre Jérusalem, Cordoue et Alger comme le signe extérieur d'appartenance à un peuple, à une communauté.

La tolérance exige l'attention. La modernité n'est pas la chienlit. Vivre avec son temps et bénéficier de l'avancée scientifique et technologique n'est pas la négation du passé. Bien au contraire. Mais le monde bouge. Le monde change. Et si l'on n'y prend pas garde, on risque de marcher non seulement à reculons mais également sur la tête. Comment peut-on faire abstraction de découvertes aussi capitales que le test d'A.D.N. Comment les sages d'une religion qui base l'appartenance à sa maison sur des critères de paternité douteuse ne se penchent-ils pas sur le progrès médical du XXIème siècle qui offre aux pères soupçonnés de "cocufiage" et aux mères "d'indignité", la possibilité de prouver leur "innocence", et par là-même l'authenticité de leur amour. Le procès d'intention et la condamnation irrémédiable n'ont plus leur place dans ce XXIème siècle où la preuve de culpabilité doit être administrée par l'accusateur et non pas démontée par l'accusé.

 

Zakine.jpgHubert ZAKINE qui se définit ainsi :

 je suis un français d'Algérie,

 je suis un juif d'Algérie,

 je suis un pied noir d'Algérie.

Repost 0
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 15:23
256.jpg

 

Il y a juste 60 ans, le peuple juif traversait les pires moments de son existence : durant les 12 ans de régime nazi (1933-45), les Juifs d'Europe se sont trouvés face à un Haman résolu à les exterminer jusqu'au dernier bébé. Il y réussit presque : plus de six millions de Juifs ont été assassinés systématiquement, conduits tels des agneaux menés à l'abattoir... Des communautés entières, femmes, enfants, vieillards... une civilisation exceptionnelle - docteurs, scientifiques, artistes, philosophes et rabbins, tous sans exception.

 

Quel a été le "miracle" de D.ieu dans ces circonstances terribles ? Le 14 mai 1948, 3 ans ans après la libération d'Auschwitz, Ben Gourion annonçait fièrement à 600 000 rescapés juifs, la création de l'Etat hébreu - Israël ressuscitait !

 

Chrétiens, réveillons-nous ! La Bible est rendue vivante sous nos yeux. D.ieu a permis que Son peuple chéri ('am segoula, Yechouroun, 'hephtsiba) passe au travers de la mort, pour renaître et devenir source d'émerveillement, glorifiant Son Créateur.

 

 Haman a perdu une nouvelle fois - Hitler s'est suicidé et tous ses généraux ont été jugés et pendus comme les fils d'Haman... Israël a été épargné mais à quel prix.

 

Quel a été le rôle de l'Eglise dans ce sauvetage ? - Presque nul. Certes, de nombreux chrétiens ont sauvé des Juifs, aidé des familles, caché des enfants traqués. Je ne peux m'empêcher de citer le pasteur André Trocmé et ses amis qui ont sauvé 5 000 enfants juifs ; son nom est à Yad Vashem, en tant que Juste. Certes, l'Eglise a compris qu'Israël n'avait pas disparu de la terre ou en voie de disparition comme les autres peuples antiques, et de nombreux chrétiens ont vu que l'Israël d'aujourd'hui est la continuité de l'Israël biblique. Une partie.

 

Mais pour l'Eglise et pour les chrétiens d'aujourd'hui,  alors que l'antisémitisme renaît déguisé en anti-sionisme, la question se pose en ces termes : de quel esprit voulons-nous être animés... de l'esprit d'Haman ou de l'esprit d'Esther ? Il n'y a pas d'alternative, pas de neutralité possible. On sait ce que la neutralité a donné dans la France de Vichy ; elle était synonyme de collaboration !

 

Aujourd'hui, D.ieu donne une nouvelle chance à l'Eglise de manifester "l'esprit d'Esther". Il y a 60 ans, des chrétiens pouvaient sauver des individus juifs (familles, fugitifs, orphelins) traqués par les nazis et les milices. Aujourd'hui, il est question d'une nation entière. Le monde lui jette l'opprobre, l'accuse, bafoue son nom, nie sa légitimité, son identité, divise sa terre et sa ville, tandis qu'un nouvel HAMAN prépare aux yeux de tous son arme nucléaire pour éradiquer Israël définitivement.

 

Prêcher sur la fête de Pourim, c'est raconter l'histoire d'Esther, son courage, sa détermination et son sacrifice pour le peuple juif et celle de l'humanité. C'est de l'histoire vécue, actuelle. Considérons les temps prophétiques : Mardochée est sur le point d'être revêtu de l'habit royal, prêt à être intronisé sur la terre et Israël remis à la première place. Croyons en la Parole vivante de D.ieu quand elle se vit sous nos yeux et soyons en tant que chrétiens et serviteurs de l'Eternel, de vrais intercesseurs pour que Haman tombe et qu'ISRAEL soit épargné.

 

Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ

 

 

Repost 0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 21:10
naissance-390X547.jpg
Repost 0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 14:20

amalek-762471

Deux Torah pour Israël

 

Cette semaine, nous allons lire dans un premier Sefer la paracha Tétsavé qui traite de la confection des habits des prêtres, puis dans un second nous lirons Zakhor « souviens-toi de ce que t’a fait Amalek ». Pourquoi cette seconde lecture ? Car Amalek est l’ancêtre d’Aman qui voulut détruire le peuple juif selon ce que nous rapporte le rouleau d’Esther, durant la fête de Pourim. De même que le peuple d’Amalek, descendant d’Esaü, attaqua par traitrise les Hébreux sortis d’Egypte, de même Aman usa de son influence auprès du roi Assuérus  pour tenter d’exterminer les juifs exilés dans son royaume (Vème siècle av. J.-C).

 

Le récit de la guerre contre Amalek est mentionné dans le rouleau de la Torah, celui du combat contre Aman, dans le rouleau d’Esther. Le rouleau d’Esther renvoie au rouleau de la Torah. Le rouleau d’Esther est la Torah de l’exil, comme le rouleau de la Torah est le livre des Hébreux. Dans le rouleau de la Torah Dieu est présent, Il parle à Ses prophètes, Il bouleverse les lois de la nature. Dans le rouleau d’Esther, le nom divin n’est pas mentionné une seule fois, Dieu est caché. Pourtant un même enseignement apparaît ici et là : la lutte contre Amalek.

 

Dans les deux cas de figure ce combat fut mené par les hommes, sans l’intervention directe de Dieu. Le combat contre Amalek est un combat à mener par nous, les hommes. Amalek symbolise le mal qui s’oppose à l’éthique monothéiste, c’est la barbarie à visage humaine.

 

Une présence absente

 

Ce qui frappe en lisant notre paracha, c'est l'absence du nom de Moché. Il est présent dès le premier mot « et toi tu ordonneras aux enfants d’Israël qu’ils prennent de l’huile d’olive pure concassée pour le luminaire », et toi (ata) désigne bien sûr Moché, mais son nom n'est jamais mentionné. Celui dont la mission est de redonner la valeur du nom dans une société égyptienne anonyme, lui qui se révèle dans le livre de Chémoth, c’est-à-dire le livre des noms, lui dans la première question à Dieu est « quel est ton nom ? », lui dont le nom lu à l'envers (de gauche à droite) donne Hachem = le Nom, brille ici par son absence.

 

Cette absence selon la tradition serait liée aux propos que Moché aurait prononcés. Ayant en effet appris que Dieu voulait détruire Israël après la faute du veau d'or, il s'écrie : « Et maintenant porte leur faute, sinon efface-moi du livre que Tu as écrit. » Moïse est prêt à se saborder pour sauver son peuple. Et voilà que l'Eternel revient de sa colère et qu'Il pardonne à Israël.

 

Le piège de la grandeur de Moïse :

 

Moïse a gagné, il est un bon avocat, il en ressort grandi. Mais dans cette histoire qui dit

« grandeur » dit « risque de fascination ». Moïse ne fut-il pas idolâtré par une certaine frange du peuple qui voyait en lui un dieu, un « ich haélokim » que l’on peut traduire soit « homme de Dieu » soit dans son sens idolâtre « homme Dieu », une sorte de pharaon d'Egypte ? N'était-il pas pour certains un « pharaon » fils de Bytia la princesse ? « Fais-nous un dieu demandent les fauteurs à Aaron, car l'homme Moïse nous ne savons pas ce qu'il est devenu. » Moïse a sauvé Israël de la mort en Egypte, il le sauve de la destruction au Sinaï. Quelle stratégie adopter pour que de nouveau Moïse ne soit pas auréoler des oripeaux divins ? Effacer son nom, pour la gloire de Celui qui est source de vie.

 

« Et maintenant suspend leur faute, et si c'est pour ton nom ineffable (ayin, le transcendant) alors efface-moi de ton livre ». Le pardon divin va de pair avec l'effacement du nom de Moïse, afin que les croyants reconnaissent la grandeur du Créateur. La lumière du candélabre qui brillera à partir de l'huile offerte par l'ensemble des enfants d'Israël ne doit briller que de la lumière divine, sans l’ombre de l’homme, fût-il Moïse lui-même.

 

La grandeur d’un maître reste sa transparence !

 

Philippe HADDAD

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives