Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 14:19

Les sens du divin

              pessah quatres coupes

 L’un des thèmes les plus développés à l’occasion de Pessa’h est la mise en relation des quatre coupes de vin bues lors de la soirée pascale avec les quatre expressions de la délivrance mentionnées dans Exode, 11 : « Je vous ferai sortir…Je vous sauverai…Je vous délivrerai…Je vous prendrai comme peuple… ».

    Dans son Sefat Emet, Rabbi  Yehouda  Arié Leib de Gour (5647) propose une idée très innovante en mettant en rapport les quatre coupes avec les quatre réactions divines face à l’esclavage des enfants d’Israël citées dans Exode, 2, 24 et 25 : « Et l’Eternel entendit leurs plaintes…et l’Eternel se souvint de Son alliance…et l’Eternel vit les enfants d’Israël… et l’Eternel eut connaissance ».

              Les sens humains sont au nombre de cinq : l’ouie, l’odorat, la vue et le goût présents sur le visage et le toucher incarné par la main.

  Par ailleurs, si le phylactère de la tête est constitué de quatre compartiments – comportant chacun un passage de la Torah -, celui du bras n’est composé que d’un seul compartiment abritant les quatre passages sur un seul parchemin.

  Le commandement des phylactères a pour objectif d’inviter l’homme à se soumettre à la volonté divine et à lui permettre de canaliser ses forces pour le service du Créateur.  

  Pour cela, le phylactère de la tête est constitué de quatre petits boîtiers. Chacun devant assurer la soumission à D… d’un sens présent sur le visage. Quant au toucher, c’est le compartiment unique du phylactère du bras qui le sublime et l’oriente vers les sphères spirituelles.

              Ainsi, l’homme s’attache totalement à D… .

              Lors de la sortie d’Egypte, D… s’est aussi lié de façon indéfectible au peuple juif en utilisant « tous Ses sens » pour permettre sa libération.

              -« et l’Eternel entendit leurs plaintes » se réfère à l’ouie divine.

              -« et D… vit les enfants d’Israël » se rapporte à la vue du Créateur.

              -« et l’Eternel eut connaissance » se réfère au goût puisque la connaissance est liée au goût. Adam a eu accès à la connaissance provenant de l’arbre du fruit interdit par sa consommation. « Eve prit du fruit, le mangea. Elle en donna à son mari et il en consomma. Leurs yeux s’ouvrirent et ils surent qu’ils étaient nus » (Gen, 3, 6 et 7).

              -« et l’Eternel se souvint de Son alliance ». Le souvenir est à mettre en rapport avec l’odorat. « Mais quand d’un ancien passé rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leurs gouttelettes presque impalpables, l’édifice immense du souvenir… » (A la recherche du temps perdu de Marcel Proust). Selon les scientifiques, la mémoire olfactive semble avoir une plus grande longévité que les autres systèmes sensoriels. L’odorat est le système sensoriel dont l’accès au cerveau est le plus direct et le plus court. De plus, il est le seul sens qui enregistre le contexte sensoriel et émotionnel lié à l’odeur.

              Ainsi, D… s’est attaché à Israël par tous les sens présents sur un visage humain. Quant au toucher, D… l’a employé par « Sa main puissante et Son bras étendu » pour délivrer Son peuple.

            Les quatre coupes sont donc à mettre en rapport avec les quatre parchemins du phylactère de la tête. Les passages bibliques et les quatre verres invitent à la soumission des sens à D… et rappellent que le Créateur a utilisé tous Ses sens pour la libération. Quant au boîtier unique du phylactère du bras – en général – gauche, c’est l’obligation de boire les coupes de vin en position accoudée sur le côté gauche qui en est le pendant.

               On comprend ainsi pourquoi les sages ont précisément choisi le vin pour célébrer l’intervention des sens divins. En effet, la consommation du fruit de la vigne alerte les quatre sens supérieurs :

               -La bouche permet de définir un vin acide, amer, salé, sucré.

              -La vue est utilisée pour déterminer les différents aspects du vin : la couleur de la robe, la brillance, la limpidité, le dégagement gazeux.

              -L’odorat est aussi mis à contribution pour retrouver les arômes : fruité, floral, végétal, minéral…

              -Enfin, l’œnologue parle aussi du sens auditif qui permet d’appréhender la masse du liquide, son onctuosité, son effervescence.

               Ainsi, quand le juif boit les quatre coupes de vin qui alertent les quatre sens, il rend hommage à D… qui est intervenu dans l’histoire pour sauver Israël avec tous Ses sens.

 Rabbin Jacky Milewski

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives