Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 08:23

 

Le Hamas vient de commettre un crime contre des civils en envoyant un missile anti-char sur un autocar scolaire dans le Sud d’Israël.

Il a ajouté à ce crime le tir de plusieurs dizaines de roquettes envoyées en direction de zones d’habitation.

La grande presse française n’a pas jugé bon de rapporter la nouvelle.

Ou elle l’a fait sur le mode habituel : en inversant les faits, et en mettant en avant la réponse d’Israël.

« Riposte israélienne sur Gaza après des tirs dans le sud du pays », a titré Le Monde.

Lors de l’immonde massacre de la famille Fogel en Samarie, les titres parlaient de « craintes de représailles ».

Pour la grande presse française, il importe de souligner que c’est Israël qui est violent, même quand Israël ne fait que répondre à une agression ou à un crime. Et il importe de minimiser le sort des victimes israéliennes.

En un temps où on évoque la nécessité de protéger les civils et où cette nécessité sert de prétexte à des interventions militaires et à des bombardements en Libye et en Côte d’Ivoire, on pourrait en venir à penser qu’il y a des civils qu’on peut défendre, et d’autres qui sont indéfendables : les Israéliens appartiennent visiblement à la seconde catégorie. Et il me revient en mémoire une phrase prononcée par le héros du film Exodus d’Otto Preminger : « la viande juive ne vaut pas cher ».

Je pourrais penser que cette attitude de la grande presse française, conforme en cela à la grande presse du reste de l’Europe, ne relève pas de l’antisémitisme si je ne voyais pas cette indifférence dédaigneuse vis-à-vis des Israéliens assassinés ou agressés, coïncider avec une remontée de l’antisémitisme dans tous les pays d’Europe, avec une relativisation et une banalisation de la shoah, et avec une diabolisation croissante d’Israël sur tout le continent.

J’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, mais je pense utile de le redire : la diabolisation d’un pays fonctionne comme la diabolisation d’un peuple ou d’un groupe ethnique. Elle dissémine une haine qui, à force d’imprégner l’air du temps, crée une accoutumance qui la fait paraître normale, presque légitime. Léon Poliakov a montré dans plusieurs de ses livres qu’une accoutumance de ce genre avait pris place en Europe, déjà, dans les années 1920 1930 et avait contribué à la montée des fascismes et du nazisme, à l’acceptation de politiques antijuives, à la minimisation de pogroms et de scènes de barbarie telles que la « nuit de cristal » et à la possibilité même de la shoah.

 

Il existe à Gaza et dans les terres tenues par l’Autorité Palestinienne en Judée-Samarie, dans le Sud du Liban et dans les palais gouvernementaux de Téhéran des gens qui, tout en niant la shoah, rêvent de perpétrer une nouvelle shoah en détruisant Israël et en infligeant à son peuple une forme de solution finale.

 

Et il existe en Europe des journalistes qui, dans les grands médias, préparent les esprits et conduisent à accepter l’inacceptable, à tolérer l’intolérable. Il existe aussi dans les gouvernements européens et jusqu’au cœur de l’Union Européenne des politiciens qui eux-mêmes préparent les esprits et semblent tout à fait prêts à sacrifier Israël sur l’autel d’une illusoire réconciliation avec le monde musulman et avec l’islamisme.

 

On pourrait dire que l’Europe n’a rien appris de ses propres errances et de ses propres crimes. On pourrait dire aussi qu’elle en a tiré un singulier apprentissage : l’Europe d’aujourd’hui n’est pas criminelle, non. Pas directement. Elle garde les mains blanches. Elle laisse désormais d’autres se livrer aux errances et aux crimes auxquels elle consent lâchement.

 

Jusqu’à ces deux dernières années, Israël pouvait compter sur l’appui des Etats-Unis. Depuis qu’Obama est à la Maison Blanche, Israël est seul. En portant au pouvoir un Président teinté d’islam et de gauchisme, le peuple américain a commis une erreur dont il paie le prix. Le malheur est que le prix est aussi payé par d’autres. Et on peut craindre que ce ne soit pas fini. Je ne doute pas qu’Obama fera tout pour que les Etats-Unis puissent s’abstenir lors du vote pour la création unilatérale d’un Etat palestinien aux Nations Unies en septembre. (....)

(....)Pourrais-je, en ce contexte, penser que le Hamas cherche à attirer des ripostes et des représailles jusqu’au moment où celles-ci paraîtraient « disproportionnées » ? La réponse est oui.

Le gouvernement israélien est face à l’une des situations les plus difficiles de l’histoire du pays. Je pense, fort heureusement, qu’il est aujourd’hui entre de très bonnes mains. J’ai regretté souvent qu’au temps où George Walker Bush était à la Maison Blanche, le Premier ministre israélien n’ait pas été Binyamin Netanyahou. Je pense que, face à Obama, il est bon qu’Israël soit gouverné par un Premier ministre de la qualité de Binyamin Netanyahou. Et j’y reviendrai.

 

Guy Millière

   
   

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Alain Roux 11/04/2011 15:01



Obama ou pas les USA ont toujours soutenu Israël au conseil de sécurité, ce qui n'est pas le cas de la France. A croire que Milliére donne dans l'obcession paranoiaque avec Obama.



Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives