Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 14:00


Girodet Joseph
Paracha Vayéchev

 

 

 

« Et Jacob s'installa dans le pays où avaient séjourné ses pères, dans le pays de Canaan. »

(Gn. XXXVII, 1)

 

« Jacob voulut s'installer en tranquillité, il fut  bousculé par l'affaire de Joseph. »

 

(Midrash)

 

 

Education prioritaire

 Condition d’étranger :

 

Le premier verset peut aussi se traduire : « … dans le pays où ses pères furent étrangers » puisque guer désigne l'étranger dans la Bible

 

Cette situation du patriarche semble une préfiguration de la condition juive dans l'Histoire, et ce, jusqu'à nos jours. Le peuple juif désire s'installer confortablement dans un repos bien mérité, mais les événements le bousculent. Combien de fois, ne nous sommes-nous pas exclamé : « Qu’on nous oublie un peu, qu'on nous laisse tranquille ! ».

 

Mais voilà, dans la culture occidentale et dans la culture orientale, le Juif ne peut passer inaperçu puisqu'il constitue la mémoire du monde chrétien et la mémoire du monde musulman, une mémoire bouc-émissaire quand l'intégrisme de la vérité absolu nie toute place et tout droit à l’Autre.

 

Pourtant ces perturbations ne représentent qu'une cause de nos craintes, car une autre devrait autant réveiller notre vigilance : l'éducation de nos enfants.

   

Vigilance éducative :

 

Parmi tous les combats que mena Jacob, ce fut l'affaire Joseph qui l'affecta au plus haut point.  Cette affaire débuta par un conflit de famille dont Jacob fut, incontestablement, l'une des causes : Le père préféra le fils aîné de Rachel à ses autres enfants. « Israël aimait Joseph plus que tous ses autres fils, parce qu'il était fils de sa vieillesse ; et il lui fit une tunique de couleurs. » (Gn. XXXVII, 3)

 

Un enfant qui ne se sent pas aimé peut devenir la proie de toutes les folies, il peut devenir un meurtrier. Les frères auraient d'ailleurs exécuté Joseph, sans l'intervention de Juda.

 

Préférence du père, jalousie des frères, insouciance de Joseph, la Bible nous présente un véritable jeu de passions.

 

Le Midrash voit dans la conduite de Jacob la cause première de cette situation : « Il voulut s'installer en tranquillité ». Si la demande semble légitime (l'homme est davantage porté à la conservation de son être qu'à l'initiative), cet état d'esprit ne peut occulter la responsabilité de la transmission des valeurs, de l'éducation de la jeunesse. Tranquillité peut signifier désinvolture, alors qu’éducation se conjugue toujours avec vigilance.

 

La situation présente en France reste éloquente, les émeutes de Banlieue ou cette dramatique agression d'une enseignante révèle les véritables carences de notre société. Déjà se font entendre des voix pour dénoncer ces failles, malheureusement les réactions ne sont jamais bonnes conseillères, et nous risquons d'assister à des retours de manivelles tout aussi dramatiques. Comme disait mon ancien gardien d’immeuble, homme d’expérience : « Il vaut mieux prévoir les fuites d’eau que de colmater les brèches ! »

 

Pour le judaïsme, éduquer signifie transmettre un savoir, une mémoire et transformer une nature.

 

 Les enfants du Talmud Torah :

 

Prenons des enfants qui viennent au Talmud Torah. Le travail rabbin - parents consiste autant à dire une parole du judaïsme que de faire en sorte que ces informations transmises offrent à l’enfant un nouveau regard et une nouvelle action sur le monde. Les valeurs éthiques, les valeurs citoyennes, les valeurs religieuses, les mitsvoth sont les éléments de cette transmission.

 

Au final, notre tranquillité ne sera atteinte que dans la mesure où l'enfant sera devenu adulte et qu'il assumera en son âme et conscience ce qu'il aura décidé pour sa vie. Les parents ne sont plus (légalement) responsables de l’enfant majeur (même si nous avons parfois du mal à voir nos enfants voler de leurs propres ailes).

 

Chaque père, chaque mère donne de façon consciente, inconsciente, volontairement, involontairement, par ses paroles ou ses non-dits, par ses gestes ou ses non-gestes, un héritage à sa progéniture. Elle en fera ensuite ce qu'elle voudra.

 

L’histoire des patriarches n’est pas racontée seulement pour nous apprendre la grandeur de nos ancêtres, mais également leur faiblesse. Cela nous permet de mieux nous identifier à eux.

 

Philippe Haddad

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vayechev 21/11/2010 16:38



Bravo pour votre diffusion de Torah !


Egalement sur Vayechev : http://www.torah-box.com/chavoua-tov/vayechev-5771,49.php



Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives