Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 16:05

vayichlah

 

Notre Sidra cette semaine nous livre avec force détails la rencontre de Jacob avec Esaü. Jacob, connaissant la violence structurelle de son frère, lui envoie des messagers pour calmer sa colère et lui prouver que les clauses de la bénédiction paternelle -source de la haine d’Esaü – ne se sont pas réalisées. La colère d’Esaü ne se justifiait plus.
Cependant, tous les arguments fournis aux messagers, n’ont eu aucun résultat positif, à juger par le compte rendu que ces mêmes messagers ont fait à Jacob : Nous sommes arrivés chez ton frère chez Esaü, et il marche à ta rencontre avec quatre cent personnes. Autrement dit, ton frère Esaü est resté le même. Ce même Esaü à propos duquel la Torah dit : Les mains sont celles d’Esaü il y a donc intérêt à être prudent.

Jacob, l’homme intègre, étudiant constant, se prépare à rencontrer son frère en prenant trois précautions. Il prépare des cadeaux, il se consacre à la prière et il se prépare à faire la guerre.

La rencontre d’Esaü et de Jacob est la même rencontre de la civilisation juive avec la civilisation occidentale. Notre Paracha nous livre à travers cette Sidra la confrontation permanente entre ces deux civilisations. La civilisation gréco-romaine, représentée ici par Esaü, prône constamment la force. Esaü arrive avec quatre cent guerriers, ainsi il dira à son père que ce n’est pas lui qui a tué Jacob mais ses soldats emportés par leurs soif de tuer.

La civilisation gréco-romaine donne toujours la priorité à la guerre. C’est elle qui a été à l’origine de la destruction d’Israël et de l’exil de deux mille ans. Elle était persuadée que l’éradication d’Israël apporterait au monde la paix et la tranquillité. Elle a seulement oublié que le peuple juif a un contrat avec l’Eternel qui lui assure l’éternité. Comme nous l’avons relevé dans la Sidra précédente. En effet Hachem dit à Jacob : Je te protégerai là où tu iras. Ce qui revient à dire que là, où les Juifs se trouvent la Providence est avec eux, même dans l’exil. Mais nous avons la promesse, qui s’est d’ailleurs réalisée, à savoir : D. dit à Jacob je te ramènerai sur cette terre.

La civilisation gréco-romaine poursuit la richesse, la domination, le pouvoir, la compétition, etc. A cela Jacob dit : J’ai acquis un taureau et un âne après 20 ans d’asservissement auprès de Laban son beau père. Autrement dit, la richesse n’était pas son but.

Tout ce qui arrive à Jacob, annonce le déroulement de l’Histoire d’Israël. Celle-ci est véritablement le plus grand mystère de l’humanité. Dispersé dans les quatre coins du monde, dépourvu de toute unité, de sa terre, de sa langue de sa Tradition, Israël remplissait toutes les conditions pour disparaître. Pourtant, Israël est toujours vivant. Notre Sidra nous en donne l’explication, Jacob dit : Avec Laban j’ai habité Le terme « habité » se dit garti mais ce mot forme aussi le mot tariag qui a comme valeur numérique 613, c'est-à-dire le nombre des mitsvoth de la Torah. Rachi explique le verset ainsi : J’ai habité avec Laban et pourtant j’ai observé les six cent mitsvoth. Autrement dit : Israël a été dispersé dans un environnement hostile et malgré tout il a refusé toute assimilation en continuant à observer les mitsvoth. C’est là le secret de sa pérennité. Il n’y a en fait aucun mystère. La Torah a été le bouclier contre la disparition de peuple juif.

Rav HARBOUN

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives