Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 15:29

Haye Sarah

 

  Il est écrit dans notre Paracha : "VeAvraham zaken ba bayamim"

Ce qui se traduit par : "Et Avraham était vieux, il vint dans les jours".

Le Midrach explique a ce sujet : "Certains hommes ont la vieillesse mais pas les jours, d'autres ont les jours mais pas la vieillesse. Mais ici, la vieillesse équivaut aux jours et les jours a la vieillesse."

L'explication simple de ce Midrach est qu'un homme peut paraitre vieux alors qu'il est encore jeune, alors qu'un autre peut paraitre jeune bien qu'il soit déjà âgé.

Mais si l'on doit expliquer ainsi notre verset, alors on ne comprend pas en quoi ceci est une éloge dans le cas d'Avraham.

Les qualités présentées ici sont bien marginales par rapport a la grandeur réelle d'Avraham, de qui il est dit qu'il est unique. Nos maitres disent à son propos qu'il a été le premier a éclairer le monde et ce n'est qu'a partir de lui que commence la période des deux millénaires de Torah. Nous ne pouvons donc pas nous arrêter à cette explication simple, mais nous comprenons bien que l'on peut trouver dans ce désert une explication beaucoup plus profonde.

Nos maitres expliquent ainsi: "vieux : c'est celui qui a acquis la sagesse"

"il vint dans les jours : c'est a dire qu'il a mis a profit chaque jour de sa vie".

Autrement dit, l'explication du mot "vieux" est lié au perfectionnement personnel de l'homme : il a acquis la sagesse, la connaissance.

Et "il vint dans les jours" signifie la part de l'action de l'homme dans le monde, comment il a occupé chaque jour de sa vie.

Ces deux qualités représentent en fait deux sujets distincts: L'étude de la Torah et l'application des mitsvot.

L'étude de la Torah met l'homme sur la voie de sa perfection personnelle : ceci lui procure un apport personnel, l'engage sur la voie de la sagesse, de la connaissance, du raffinement de son comportement et de sa personnalité. Mais tout ceci reste personnel.

L'application des mitsvot, des commandements divins, c'est l'action de l'homme sur le monde, car le but des commandements est de sanctifier le monde matériel.

La grandeur de Avraham était d'unir en lui-même la perfection dans ces deux domaines.

D'une part, la perfection personnelle, et d'autre part l'action sur le monde.

Ces deux sujets sont différents et parfois se contredisent même, car l'énergie mise dans l'un de ces domaines peut manquer a l'autre.

La grandeur de Avraham est qu'il a su atteindre la perfection dans l'un comme dans l'autre, les unir ensemble.

Nous comprenons maintenant ce que signifie que la période des deux millénaire de Torah a commence avec Avraham.

L'aspect nouveau qui fut dévoilé lors du don de la Torah est la possibilité d'unir "les cieux et a la terre", c'est à dire la sainteté divine avec notre monde matériel. C'est au mont Sinaï que fut crée le lien entre ces deux entités jusqu'alors incompatibles, et qu'il nous a été donné la force de les unir.

Avraham fut donc un précurseur en la matière, réalisant en cela une préparation au don de la Torah. Il fut le premier à unir, sous forme de complémentarités, ces deux entités que sont le spirituel et le matériel. Les tsadikim qui l'ont précédé n'ont réalisé que l'un ou que l'autre. Soit ils se sont occupés de leur perfectionnement personnel en négligeant leurs contemporains, soit ils ne se sont préoccupes que de l'influence qu'ils pouvaient avoir sur le monde en négligeant le travail qu'ils auraient pu effectuer sur eux-mêmes.

Le comportement d'Avraham indique a chacun de nous la voie a suivre.

Certains considèrent que leur unique rôle est d'agir sur le monde, d'autres pensent que l'essentiel est de se perfectionner soi-même, sans se préoccuper des autres.

Avraham nous a montré quel est le chemin qu'il convient de suivre : celui de l'unité, de la perfection dans les deux domaines. Les deux actions, se perfectionner soi-même et améliorer le monde, doivent être menées ensemble.

 

 

Nul n’est à même d’appréhender la dimension véritable de nos patriarches. En témoigne cet enseignement hautement révélateur : « Les patriarches constituent eux-mêmes le ‘ Char ’ [Merkava] du Saint Béni soit-Il ! » (Béréchit Rabba 84, 7).

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives