Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 10:29

Devarim

Code de lois contre code de foi

Cette semaine nous commençons le cinquième et dernier livre de la Torah, Dévarim, « Paroles ».

Ces « paroles » sont celles que Moïse prononce devant tout Israël avant de quitter ce monde. Par ce discours, il révèle une dimension majeure du prophétisme hébraïque.

Dire la mémoire d'un peuple :

L'une des caractéristiques du discours de Moïse, sans doute le plus important, est de rappeler au peuple ses devoirs vis-à-vis de Dieu. Celui qui est désigné par : « Il ne se leva pas un prophète comme Moïse en Israël » ne révélera nulle vérité sur Dieu, aucun mystère ne sera percé.

Moïse a totalement intégré la leçon du Sinaï, lorsque demandant à voir la face divine, il reçut pour toute réponse : « L'homme ne peut me voir et vivre. » Par cette réponse, Moïse comprend que Dieu se perçoit dans Son existence, à travers des attributs moraux, et non dans Son essence infinie.

Certes, Moïse prononce cette parole fondatrice de la foi d'Israël : « Écoute Israël, YHWH est notre Dieu, YHWH est un ». Pour autant, cette unité ne peut-être entendue au plan mathématique. Dieu est un, cela signifie qu'il n'existe nul autre divinité que Dieu.

Si le théologique est évacué du discours mosaïque, la notion de responsabilité du peuple est mise, elle, bien en évidence. La religion d'Israël ne se présente pas un code de foi, mais un code de lois, à travers la pratique des mitsvoth. Dans sa longue histoire, seule cette dimension a unifié le peuple juif à travers le monde.

Cette idée d'un peuple consacré à une vocation sacerdotale constitue une véritable révolution religieuse. D'une certaine manière ce n'est pas la conception de Dieu, en Lui-même, qui est signifiante ici, mais plutôt la manière dont le peuple d'Israël assume sa relation avec Lui. C'est là toute l'essence du prophétisme hébraïque.

De fait, le prophétisme ne se caractérise pas tant par la révélation divine (plusieurs personnages bibliques reçurent des révélations sans être des prophètes : Caïn, Abimélekh, Laban, etc.), mais bien par cet appel à agir selon la volonté divine.

Moïse ne devint pas prophète parce qu'il perçut la voix de Dieu, mais parce qu'il fut investi d'une mission divine. D'où ses réticences : « Je ne suis pas un homme de paroles.» Dans tout le livre de Dévarim, « Paroles », une seule question reste récurrente : Israël acceptera-t-il le défi de Dieu ?

Le psalmiste dit au psaume 119 : « Pour moi, la Torah de Ta bouche est plus précieuse que mille pièces d'or et d'argent. »

Il est possible de comprendre ce verset à différents niveaux. Par exemple, la Torah n'est pas une valeur monétaire, elle n'est pas de prix.

Autre lecture : L'or et l'argent sont des moyens d'obtenir des jouissances (maison, confort, habits, services de loisirs, etc..), ils ne sont pas des valeurs en eux-mêmes.  devarim

On sait que le roi Midas mourut de faim, car tout ce qu'il touchait devenait or. Le psalmiste dit ici que la quantité de bonheur que l'on pourrait acheter avec l'or et l'argent n'est rien comparé au bonheur que procure l'étude de la Torah. Autre parole : L'or et l'argent ne prennent un sens que s'ils sont mis au service de la Torah.

Philippe HADDAD

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

philippe haddad 07/08/2011 11:54



http://jssnews.com/2010/05/11/video-je-suis-juif/


un chant qui peut plaire à notre communauté


 



Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives