Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 12:09

moise

 

Le Midrash sur notre paracha enseigne : « Quand Moïse faisait paître le bétail de Jéthro dans le désert, un chevreau s'enfuit et Moïse le poursuivit en courant jusqu'à ce qu'il arrivât en un lieu verdoyant.   Arrivé près d’une source d’eau, le chevreau peut étancher sa soif, Quand Moïse l'eut rejoint, il lui dit : « Je ne savais pas que la soif te faisait courir. »

Il le mit sur son épaule et se mit en route.

Alors, le Saint, béni soit-Il lui dit : " Tu as de la miséricorde pour faire paître le bétail d'un être de chair et de sang ; tu vas donc faire paître Mon troupeau.

Voilà pourquoi il est écrit : " Moïse faisait paître le petit bétail. »

 Le bon pasteur :

C’est en arrivant à l’endroit où se trouvait le chevreau, que Moïse, Moshé, comprit la raison de la fuite de l’animal. Moïse fut alors sensible à cette question : qu'est-ce qui fait courir l'autre ? Quelle est sa soif ? Seul l’Autre peut le savoir.  Le travail du pasteur est un travail d’accompagnateur. Or Moïse est issu de la tribu de Lévi, dont le nom signifie « accompagnement » (comme dans mélavé malka = accompagnement de la reine Shabbath, samedi soir).

Chaque homme connaît sa soif, sont-elles toutes légitimes ? En tout cas cette soif peut nous mener loin du troupeau, dans la solitude.

Moïse est à la fois celui qui comprend enfin la soif de l’Autre, mais également celui qui porte sur ses épaules pour ramener au troupeau, la bête éloignée. D’une certaine manière, Moïse répond positivement à la question originelle de Dieu : « Où est ton frère ? » Moïse pourrait répondre : « Je suis gardien de mon frère ! »

Satisfaire sa soif ne signifie pas obligatoirement retrouver toutes ses forces. Il exemple une force dans le groupe, que l’individualisme ne peut apporter.

Les dimensions de la miséricorde :

Le Saint, béni soit-Il, s’exclame ici  : « Tu as exprimé de la Miséricorde (Rahamim)… »

Quels sont les critères de cette miséricorde :

  • Le zèle : Courir pour ne pas perdre l’Autre, urgence de la solidarité.
  • L’écoute de l'autre : connaître ses motivations, son manque, sa soif, les raisons de son épuisement existentiel.
  • Etre un lien : entre l’individu et le groupe.

Réfléchissons à notre communauté, à notre relation à autrui.

Ces conseils sont-ils signifiants pour nous ?

Que pensez-vous de l’attitude de Moïse ?

 

Philippe HADDAD

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives