Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 08:14

Behar

 

Eviter tout préjudice à son prochain

 « Nous lisons dans notre paracha (Lév. XXV, 14) : « Si vous vendez à votre prochain, ou si vous achetez de votre prochain, qu'un homme ne trompe son frère. »

Maïmonide dans son Sefer Hamitsvoth (qui dénombre les 613 mitsvoth de la Torah à partir du Talmud) commente à propos de cette 250eme mitsva négative (ne pas faire), qu’il s’agit d’un préjudice économique (onaath mammon). La Torah nous met en garde contre toute volonté de tromper son prochain.

La mitsva 251 explicite qu’il est interdit de causer un préjudice par la parole, en s’appuyant sur le verset qui suit : « Un homme ne trompera son prochain, tu craindras l’Eternel, ton Dieu ; Je suis l’Eternel votre Dieu. »

Cette crainte de Dieu peut parfois être entendue comme la crainte du gendarme, qui malgré tout garantit la vie en société. [Constatons lors d’une catastrophe naturelle, comment les comportements se libèrent, comment le naturel revient au galop, quand des personnes vont voler les magasins.]

Rabbi Yohanan ben Zakaï a enseigné à ses élèves avant de mourir :

« Que votre crainte du Ciel soit comme la crainte de l’homme !

- Pas plus, lui ont-ils demandé ?

Et le maître de répondre : « Quand un homme faute ne dit-il pas pourvu qu’aucun homme ne me voie ! » Et comment l’homme pourrait-il se cacher de Dieu ! » (Traité Bérakhoth 28b.)

Signalons que « la crainte de Dieu » peut aussi signifier « l’amour de Dieu », tout dépend du contexte grammatical.

Maïmonide explique en quoi consiste le préjudice par la parole en s’appuyant sur le traité Baba Métsia 58a : « Ne mentionne pas au repentant ses fautes passées. » Celui qui agirait ainsi une transgression.

La mitsva 252, dans une continuité naturelle, interdit de porter un préjudice à l’étranger, qui est aussi le converti. Ainsi que nous lisons dans Ex. XXII, 20 : « Vous n’opprimerez pas l’étranger et vous ne lui causerez aucun préjudice, car vous avez été étrangers dans le pays d’Egypte. » Et Maïmonide de préciser : « Tu ne lui diras pas : hier tu étais idolâtre, et aujourd’hui tu es venu sous les ailes de la Chékhina (Présence divine).

Philippe HADDAD

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives