Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 10:07

rommenora

                HISTOIRE DE LA MENORA

 

Le chandelier ou ménorah est un emblème spécifiquement biblique, devenu également un des symboles de l'Etat d'Israël et de nombreuses institutions. La ménorah est l'un des ustensiles de la Tente du Rendez-Vous et du Temple de Jérusalem, qui a disparu physiquement après la destruction du deuxième Temple par les Romains, au début de l'ère courante. Chandelier à sept branches, il devait rester allumé en permanence, et, d'après la Tradition, il sera de nouveau allumé dans le troisième Temple, celui des temps messianiques.

Est-ce à dire qu'en allumant la ménorah, on cherche à annoncer des temps nouveaux? Son allumage lors de la création de l'Etat d'Israël en 1948 semble avoir initié des temps différents.

La tradition biblique du chandelier commence au mont Sinaï, après la révélation de Dieu aux Hébreux et la divulgation de la Torah. Au chapitre 25 de l'Exode, Dieu demande à Moïse de réaliser un chandelier d'or pur, d'une seule pièce, chandelier devant être placé dans le Saint (ou Sanctuaire) de la Tente du Rendez-Vous dans le désert, pour témoigner de la relation permanente et réciproque entre Dieu et son peuple. Je rappelle que le Saint des Saints de la Tente, espace contigu au Sanctuaire mais secret et interdit, abritait les tables de la loi ainsi que les chérubins entre lesquels on pensait que la Présence divine se déployait.

La tâche de fabriquer cet ustensile incombe à Betsal-El, artisan ayant aussi bien la Sagesse que le Discernement et travaillant à l'ombre de Dieu, c'est à dire ayant la Connaissance du divin. La description biblique est minutieuse et donne les plus petits détails de fabrication. Les images symboliques qui s'en dégagent sont par exemple les suivantes: l'arbre qu'on a déjà vu, notamment l'amandier, l'or, les chiffres "sept" pour les lampes et "trois" pour les niveaux des branches, ainsi que la dualité entre la droite et la gauche, la description biblique insistant bien sur une symétrie différenciée.

La ménorah était placée au Sud, dans le "Saint" à gauche en allant vers l'intérieur, face à la table des pains de proposition, qui était au Nord. Pour la situer aujourd'hui, quand on regarde le mur occidental à Jérusalem, la ménorah se situait vers la gauche, au-delà du mur, en direction de la mosquée d'Omar.

Sur le plan historique, la ménorah est donc restée allumée pendant une période de plus de quinze siècles, à l'exception de deux interruptions, lors de son vol par Nabukhanetsar, après le destruction du 1er temple, et lors de l'exil des Judéens à Babel qui a duré 48 ans et lors de la profanation du 2ème Temple par Antiochus Epiphane, pendant 11 ans.

Lors de l'exil de Babel, les juifs ont adopté la ménorah comme emblème: après avoir représenté la lumière intérieure d'un peuple constitué en nation, désormais elle représentait la nation juive disloquée et dispersée.

Pour Philon d'Alexandrie, philosophe juif de l'époque romaine, le chandelier était l'image du ciel, avec le système planétaire au centre duquel brille le soleil: il pouvait donc illustrer la vie éternelle, et c'est peut-être à ce titre qu'on le trouvait sculpté sur les sépultures juives de Rome. Historien du 1er siècle, Flavius Joseph décrit le chandelier ainsi: "il y avait un chandelier d 'or non pas massif, mais creux par le milieu: il était enrichi de petites boules rondes, de lys, de pommes de grenade; il était composé de sept branches, en relation avec les sept planètes"

Toujours est-il qu'après avoir détruit le deuxième Temple, l'empereur romain Titus captura le candélabre et ordonna à ses sculpteurs de le reproduire dans tous ses détails sur l'arc de triomphe célébrant sa victoire sur la Judée: il imaginait ainsi avoir éteint pour toujours la lumière d'Israël en se l'appropriant; on peut voir cette sculpture aujourd'hui sur la face intérieure de l'une des colonnes de l'arc de Titus, dans le Forum romain. Au gré des invasions, le chandelier changea de mains plusieurs fois puis disparut.

Le sept représente la plénitude, la satisfaction, le shabat, un cycle complet; avec le "huit", il y a un plus, un surplus d'huile, le début d'un nouveau cycle, une ère nouvelle. La ménorah éclairait un espace intérieur fermé; la h'anoukiah est aux fenêtres, et sa lumière donnant vers l'extérieur, éclaire les autres nations à travers sa dispersion. Si la ménorah est un arbre de vie intérieur et intime résumant la relation du juif avec le divin, la H'anoukiah est ouverte et séculière. Rappelons qu'elle commémore une victoire militaire contre des armées païennes profanant le symbole de la nation juive qu'était le Temple, victoire obtenue grâce au courage et à l'intelligence de combattants menés par Yéhouda Maccabi; elle nous enseigne aussi comment une fiole d'huile d'un jour a pu miraculeusement allumer le chandelier pendant huit jours.

Les dix versets de la Bible qui décrivent comment devait être fabriquée la ménorah se terminent par ce verset qui porte le numéro 40: "Médite et exécute, selon le plan qui t'est indiqué sur cette montagne". N'est-ce pas tout un programme de vie, d'équilibre et de sagesse, dans lequel on aurait tendance à oublier le premier terme.

Albert SOUED

Source

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives