Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 10:43

Hier Dimanche, un mois jour pour jour après l'inhumation de Claude GRUMBACH, la Communauté 17 750X1000Juive de Nîmes et la Ligue Nationale contre le Cancer en la personne du Professeur Jean-Paul BUREAU ont rendu un vibrant hommage à celui qui fut à Nîmes l'exemple même de ce que peut être un homme engagé dans une communauté.

 

 

 

La Synagogue de Nîmes a été trop petite pour pouvoir accueillir tous ces hommes, toutes ces femmes, de toutes confessions et de toutes religions qui ont tenu à être là.

 

C'est en présence de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Senateur-Maire de Nîmes, Franck PROUST Député européen, les représentant du Conseil Régional, du Conseil Général et de nombreux adjoins au maire et conseillers municipaux que Mr Paul BENGUIGUI a pris la parole :

 

 

 

Chers amis,

Le 2 février dernier il y a tout juste un mois, notre ami Claude Grumbach nous a abandonnés discrètement, sans bruit gardant en lui les énormes souffrances que lui infligeait la terrible maladie qui, finalement a eu raison de son courage,  de son désir de vivre et  de vaincre.

Selon sa volonté, il repose maintenant en terre d’Israël, à Jérusalem. Nicole son épouse, Yael et Anouk ses filles, Gérard son ami de toujours, ainsi que Frédéric l’ont accompagné lors de son ultime voyage.

Claude Grumbach ! Qui était-il, que nous lègue-t-il ?

C’était avant tout un homme de conviction, engagé à fond dans tout ce qu’il entreprenait. Il a œuvré dans le sillage de son père, le regretté président Aimé Grumbach, avec détermination pour la réussite du jumelage de la ville de Nîmes avec Rishon le Sion.

Toujours en avance d’une idée ou d’un conseil, payant de sa personne, il a permis, avec d’autres bien sur, que ce jumelage soit pendant longtemps une réussite exemplaire, et perdure à ce jour.

Président le la communauté Juive de Nîmes, il a su pendant son mandat et en dépit de difficultés internes, dépasser tous les obstacles qui se présentaient  pour arriver à donner l’image d’une communauté saine, vivante et dynamique.

Il a entre autres réalisations réussi la réunification des deux communautés qui existaient sur Nîmes.

Comme son père avant lui, il a toujours travaillé sans bruit, dans la discrétion, avec un esprit de compromis bien entendu, mais avec une efficacité redoutable. Je lui en rends grâce ici.

Claude n’a jamais recherché les honneurs. Toujours là, dans son bureau de la rue Ruffi ou à la synagogue il apportait son aide ou ses conseils à qui les lui demandait. Nombreux sont ceux qui pourraient en témoigner.

Ces derniers mois, rongé par la maladie il se faisait moins présent et, lorsque le Shabbat ici même on lui demandait de ses nouvelles, il avait une seule réponse : « ça va »…Malheureusement, nous, savions que ça n’allait pas !

Avec sa disparition, la communauté perd un de ses grands serviteurs.

 Conseiller municipal, membre du comité directeur de Nîmes Olympique, secrétaire général de la ligue contre le cancer, il avait donné de la communauté juive, l’image d’une communauté parfaitement intégrée dans la vie publique

 Sa mère Sarah  créatrice et présidente de la section WIZO NIMES avait su mobiliser les femmes nîmoises à la cause d’Israël.

Son père, Aimé a Présidé  la communauté pendant près de 25 ans, et une rue de Nîmes porte son nom.

Claude, dans la pure tradition familiale a parfaitement poursuivi l’œuvre de ses parents et nous lui en rendons l’hommage. Il respectait scrupuleusement le commandement du respect des parents, et chaque année les honorait discrètement.

Durant sa présidence, nous eûmes le privilège d’avoir comme chef spirituel, le Rav Joël JONAS qui a tenu à assister à cet hommage et qui prendra la parole.

Mais Claude a aussi beaucoup côtoyé la ligue contre le cancer, fléau qui l’a malheureusement emporté.

A cet effet, notre ami Jean-Paul Bureau nous dira quelques mots sur le chemin qu’ils ont effectué ensemble, et sur son désir d’aider à la recherche contre cet horrible maladie.

Depuis Jérusalem, Terre bénite dans laquelle il repose, je reste persuadé qu’il veillera sur la communauté de Nîmes, sa communauté.

Bien entendu, de là où il est, il continuera sans aucun doute à protéger et bénir son épouse, ses filles, son petit Oren qu’il chérissait tant. NICOLE, ANOUK, YAEL, OREN, soyez persuadés de toute notre affection, et acceptez nos condoléances les plus sincères et attristées.

Nous, Communauté, ferons en sorte que le  nom de Claude, et son engagement pour le Judaïsme et pour Israël ne soit jamais oublié.

 PAUL BENGUIGUI

  

  

Gérard APELBAUM a écrit pour son Ami Claude :

GrumbachJ’ai beaucoup de mal à prononcer un quelconque hommage posthume pour mon ami Claude. En fait, c’est probablement parce que je n’arrive pas à réaliser qu’il n’est plus parmi nous.

Je l’ai connu à une date dont le souvenir se perd dans le temps, peut-être vers l’âge de 4 ans ? Nous avions 6 mois d’écart, et cette belle amitié a perduré jusqu’à ce jour. Nous avons tout partagé, les jeux pendant l’enfance, les filles lors de l’adolescence, les bêtises que font tous les jeunes, et plus tard, un certain nombre de moments plus difficiles heureusement réservés aux adultes.

Je pleure en écrivant ces mots, ce qui me conforte dans l’idée que j’aurais été incapable de les prononcer à la tribune sans m’effondrer.

On dit que celui qui peut compter ses vrais amis sur les doigts d’une main, est un homme riche. Je dois faire partie des pauvres, puisque je n’en avais qu’un, Claude, mon frère choisi. Je savais pouvoir compter sur lui en toutes circonstances, et comme dans une amitié de cette qualité, l’inverse était également vrai.

Un ami tel que Claude ne fait de la peine qu’une seule fois dans son existence, le jour où il disparait.

Comment le décrire ?

Avant tout, un homme bon et juste. Ces qualités suffiraient déjà à beaucoup de gens, mais il en avait tant d’autres…

Il était discret, ne cherchait jamais à se mettre en avant et avait une capacité d’écoute hors du commun. A l’heure où le monde souffre d’un individualisme forcené, il était la personnification de l’altruisme. Il en oubliait parfois de consacrer suffisamment de temps à régler ses propres problèmes.

Il a été adjoint au Maire, président de la Communauté Juive de Nîmes, Secrétaire Général de la Ligue contre le Cancer, autant de postes voués à l’aide à autrui.

Trois jours avant sa mort, il téléphonait à un ami qui avait fait une chute (légère) de moto, pour s’enquérir de sa santé, alors qu’il savait pertinemment que ses propres jours étaient comptés.

Bien qu’ayant connu de graves problèmes dont certains ne se seraient pas remis (en particulier lorsqu’il a été contraint à déposer le bilan de son entreprise), je ne l’ai jamais entendu se plaindre, jamais un mot d’aigreur. Quand il a appris la gravité de sa maladie, il m’a téléphoné pour m’en informer et m’a dit : « Je n’ai plus que 6 mois à vivre, alors pleure un bon coup et je te rappelle dans une heure ». Quel courage incroyable, quelle dignité dans la souffrance.

Jusqu’au bout, chaque jour a justifié l’admiration et l’affection que j’avais pour cet être d’exception.

Il faudra désormais vivre sans sa présence, en essayant simplement, car il nous regarde, de ne pas le décevoir.

Il repose aujourd’hui à Jérusalem qui comptait tant pour lui.

Qu’il soit béni.

 

Mes chers amis,
Vous avez été très nombreux à me dire combien vous partagiez ma tristesse (et surtout celle de sa famille) lors du décès de mon ami, mon frère, Claude Grumbach. Cela m'a beaucoup touché et ému. Sa gentillesse, son dévouement, sa discrétion, lui valaient l'affection de tous.


J'ai réfléchi à différentes façons d'honorer sa mémoire, et l'une d'elles s'impose à moi : faire planter des arbres à son nom en Israël (où il repose désormais) selon une des plus anciennes et des plus belles coutumes du Judaïsme auquel il était très attaché, car l'arbre est un symbole d'espoir, d'éternité et de paix.


Plutôt que de faire cela petitement dans mon coin et pour atteindre un nombre plus conséquent, j'ai alors pensé à vous proposer, si vous le souhaitez, de vous joindre à moi pour cette opération.
Vous pouvez me faire parvenir vos dons par chèque à mon adresse personnelle:

Gérard APELBAUM
109 Impasse des 3 Cyprès
30900 NIMES

Je me charge de les rassembler, puis de faire procéder à la plantation.
Les modalités sont les suivantes:

Arbre 10 €
Allée (20 arbres) 200 €
Jardin (100 arbres) 1 000 €
Parc (500 arbres) 5 000 €
Bosquet (1000 arbres) 10 000 €
Forêt (10 000 arbres) 100 000 €

Un diplôme sera ensuite remis à la famille de notre regretté ami, précisant la localisation de cet hommage mérité.
Il est bien entendu qu'il s'agit d'une initiative personnelle et que chacun peut décider en toute liberté d'y participer ou pas.

Avec toute mon affection
Gérard APELBAUM

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives