Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 17:02

Omer

A l’époque si regrettée du Temple, dès l’issue de la première fête de Pessah, on sortait dans les champs et les campagnes autour de Jérusalem afin de procéder au cérémonial du « Omer » qui comprenait d’ailleurs le décompte des journées qui nous séparait de la fête de « Chavouot ».

 Cela peut expliquer la coutume jusqu’à ce jour d’organiser des sorties champêtres en famille pendant le « Hol Hamoed » de Pessah.

En Algérie, les parents avaient pour habitude d’emporter des cordes épaisses pour les enrouler autour des arbres et balancer les enfants, garçons et filles étaient disposés les uns face aux autres, et tout cela était agrémenté d’un chant mélancolique traditionnel. J’ai la Nostalgie de cette époque même si je ne l'ai pas vécu personnellement. J'ai le sentiment Que nous avons beaucoup perdu ces dernières années en tradition, en écoute mutuelle,

En charme, en partage, en convivialité, peut-être même en conviction, non? Rien n'est irrévocable, irréversible, il ne dépend que de nous de revenir à ces moments de pur bonheur.

Aujourd’hui alors que le temple n’a pas été reconstruit nous continuons à opérer à ce décompte tous les jours, la nuit tombée…

Quel est le sens de cet usage qui peut paraître pour le moins bizarre ?

Pessah est la fête de la liberté : libération de l’esclavage égyptien, des souffrances endurées, d’un mode de vie qui nous était tout autant hostile qu’étranger de par les valeurs qu’il véhiculait.

Mais la libération à elle seule n’a de sens que dans la mesure où elle nous permet de conquérir la vérité.

« Pessah »est le point de départ et « Chavouot »celui de l’arrivée, c’est l’objectif final qui nous permettra, après l’émancipation de vivre la délivrance.

Il en va de même pour chacun d’entre nous, sur un plan un peu plus personnel…

Les contingences et autres contrariétés de notre quotidien, de même que les moments heureux qui peuvent nous profiter n’ont de sens que s’ils nous servent de tremplin pour approcher puis atteindre nos objectifs ici bas.

Entre la libération physique et celle spirituelle, des épreuves peuvent surgir, nous devrons les surmonter pour parvenir à la délivrance véritable.

Rappelons nous qu’une année se déroule entre le moment où la première plaie affecte les égyptiens et celui où les enfants d’Israël quittent l’Egypte.

Durant cette année, les hébreux sont déjà mieux considérés ; qui oserait s’en prendre à ceux qui semblent bénis et protégés par D… ?

En même temps, lorsque ce dernier demande par le biais de Moshé que les enfants d’Israël quittent le pays, il est de ceux qui perdent de leur motivation à le faire.

Quitter une société prospère, matérialiste, pour un désert sans vie, pour une loi, la Thora, aux contours encore flous…

Nous connaissons le sort de ceux qui ont choisi d’y demeurer et qui représentaient la grande majorité des hébreux, seul 1/5 du peuple est finalement délivré.

L’espoir

Le décompte, nous le comprenons, c’est l’espoir d’un lendemain qui chante…

Lorsque l’on aspire à quelque chose très fortement on décompte le temps qui nous en sépare… C’est cela le Omer.

D’aucuns diraient mais en quoi est-il si enthousiasmant ou exaltant de recevoir et accepter cette loi ?

La rencontre de l’individu avec sa finalité est une équation simple, elle ne peut déboucher que sur une forme de plénitude… Or nous sommes tous en quête de cette sensation de sérénité…

« J’ai cherché ma bien aimée sans jamais la trouver »dit le Roi Salomon dans le Cantique des Cantiques. Il est deceux qui recherchent parfois toute une vie la plénitude sans jamais pouvoir la retrouver. On pense parfois qu’il suffit d’un confort supplémentaire, d’une émotion complémentaire pour se sentir rasséréné…Ce n’est pas si simple :être en accord avec soi même, lever les contradictions qui nous tourmentent parfois même sans qu’on le sache, cela exige un effort de tous les instants.

Ainsi, chacun à son niveau, on peut s’inscrire dans une dynamique de délivrance. Ceci est valable pour l’individu mais dans notre cas particulier, également pour la collectivité…

Notre différence d’ailleurs repose sur notre collectivité et sur l’interdépendance entre les prérogatives personnelles et celles relatives à notre peuple…

C’est fort probablement la raison pour laquelle le retour à  la Terre d’Israël intervient entre Pessah et Chavouot…YOM HAATSMAOUT dont on reparlera d'ici peu .

Plus que quelques pas, quelques jours avant la délivrance finale… Amen.

Guil ZENOU

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives