Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 16:09

G1RELIGION

Contre la barbarie : la fraternité

L’acte barbare qui a frappé la conscience de tous, le lâche assassinat de militaires français puis celui, sauvage, d’enfants juifs dans leur école de Toulouse, exige qu’on s’y arrête encore à présent. Certes, on dira que le coupable est un fou et on mettra en garde contre tous les amalgames d’autant plus dangereux qu’ils sont évidemment faciles. Tout cela est, sans aucun doute, juste et nécessaire. Pourtant, si c’est ainsi que ce type particulier de folie explose, n’est-ce pas également parce qu’un terreau fertile a d’abord permis qu’elle naisse ? On incriminera donc avec raison les pyromanes qui ont fait d’Israël le seul objet de leur « indignation », oubliant qu’ils désignaient, par là-même, tous les Juifs à la fureur de fanatiques à l’esprit fragile. Mais, si l’on veut donner une meilleure chance à l’avenir, c’est peut-être aussi un mode de régulation sociale dans son ensemble qui doit être aujourd’hui interrogé.

Au fronton de tous les édifices publics s’inscrit la noble devise républicaine : « liberté, égalité, fraternité. » La liberté est un acquis trop précieux pour qu’on n’y veille pas. L’égalité est un combat difficile mais de tous les jours. C’est la fraternité qui pose question. Car c’est là un terme bien ambitieux. Il va beaucoup plus loin que la seule solidarité invoquée régulièrement. Il implique qu’on ressente ce que l’autre vit, que, même s’il est différent, on ait, envers lui, une indispensable capacité d’empathie. Plus encore, même si on est, avec l’autre, dans le plus grand désaccord – et sur des sujets fondamentaux – la fraternité demande que ce lien essentiel n’en soit pas, pour autant, remis en cause.

L’objectif est grand et beau. Quant aux moyens d’y parvenir… Car c’est d’abord à la société, et à la culture qu’elle diffuse, de faire en sorte que ce troisième terme de la devise nationale puisse se développer véritablement. Quand la violence s’empare des discours, quand le rejet devient, pour tous les camps en présence, la façon privilégiée de résoudre les contradictions, c’est qu’un mécanisme s’est bloqué. Il y a là, alors, comme une pulsion de mort. Il n’est pas question ici de suggérer la mise en place d’un unanimisme de façade ou de militer pour une uniformisation de la pensée. Mais comprendre l’autre, refuser de le juger sans le connaître, tout en soutenant sans faiblir le respect des valeurs républicaines et des règles de vie commune, c’est aussi une manière d’exprimer toute la richesse de civilisation que l’on porte en soi. C’est enfin recréer – ou peut-être créer – une société d’harmonie. Un rêve ? Comme tout ce qui fait le tissu de la vie des hommes.

Mendel samama

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives