Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 21:46

Oui, Dimanche, malgré une pluie diluvienne incessante qui ne donnait pas envie de sortir, la communauté de Nîmes était en fête. Rien ne l’aurait empéché de venir au Centre Communautaire pour honorer notre jeune Rabbin Mr Levy Bitton et sa jeune épouse Dvorah à l’occasion de la nomination de leur fille  

 

Cérémonie amicale, joyeuse mais empreinte de solennité et de respect pour cette tradition qui veut que les grands-parents soient les parrains du bébé qui entre dans le Judaïsme avec leur bénédiction.

 

Et cette cérémonie ainsi que cette photo m’ont remis en mémoire un texte que j’avais déjà mis sur ce blog parce que je voulais vous en faire profiter.

Ce texte et cette photo, les voici….


 

 

 

Les Grands-parents

 

Il est curieux de constater que la tradition juive parle peu du rôle des grands parents : Dans  la Bible elle-même, les grands-parents, en tant que tels, n’apparaissent quasi jamais. Le seul exemple, à ma connaissance, est Jacob qui est d’ailleurs parfois surnommé dans la Tradition : « Saba » (grand-père), mot qui veut dire âgé.  Ce surnom est également donné au peuple d’Israël connu pour être un très vieux peuple.

On voit Jacob en grand-père quand il invite ses petits-fils ; Ephraïm et Menaché, pour les bénir. C’est la seule scène de grand-père en présence de ses petits-enfants et fait significatif ; c’est pour une bénédiction. On peut aussi rappeler la scène où Jacob se sauve avec ses enfants de chez Laban. Ce dernier lui reproche sa fuite qui le prive de la présence de ses petits-enfants : Peut-être Laban regrette t-il de ne pouvoir jouer son rôle de grand-père. A part cela, je ne vois pas dans la Bible d’autres cas où les grands-parents jouent un rôle, par exemple, il n’existe pas de scène de Jacob avec son grand-père Avraham.

Or le rôle de la paternité aussi bien que celui de la maternité sont omniprésents dans le récit biblique. Le thème du rapport parents-enfants est très abondant, mais celui des rapports enfants-grands-parents n’existe quasiment pas.

Cependant, pour la tradition juive, le rôle de l’Ancien (grand-père) est très important. Le Judaïsme est fondé sur la tradition des Anciens, sur l’enseignement des Anciens (« zekenim », la racine ZKN signifiant aussi bien barbe, vieux que sage, c’est-à-dire celui qui connaît la vie). Il est difficile d’imaginer le Judaïsme sans cette fonction primordiale de l’Ancien. Le Judaïsme étant autant une tradition qu’une religion, les Anciens représentent les racines de l’arbre et la descendance les fruits. C’est pourquoi il est dû un grand respect à l’Ancien.

 Pour la génération de ceux nés entre 60 et 70, les grands-parents ont un rôle primordial. Le Judaïsme ayant subi dans son Histoire une dislocation due non seulement à la Shoah, mais aussi à l’immigration, à la dispersion des familles, au relâchement communautaire, notre génération a perdu ses repères. Le Judaïsme d’avant guerre et d’avant les bouleversements migratoires était mieux structuré. Le monde juif d’aujourd’hui  est déstructuré et s’est transformé. C’est pourquoi  nos grands-parents représentent  la mémoire de ceux qui ont connu et vécu ce monde juif tel qu’il était avant cette transformation. Leur rôle est extraordinairement important.

 Les grands-parents  ne se rendent pas compte combien ils savent plus qu’ils ne pensent et combien ils ont des trésors de mémoire. De nos jours, ils ont un rôle irremplaçable d’éducation juive du fait des nouvelles données sociologiques où la transmission est devenue très difficile. Les grands-parents ont à la fois la mémoire et le temps libre pour  pouvoir remplir leur rôle de référence auprès de leurs petits-enfants. De plus les grands-parents, sur le plan affectif ont une marge de manœuvre que n’ont pas les parents. Un adolescent se révolte contre ses parents mais pas contre ses grands-parents. Ce qui leur permet de garder ce rôle privilégier de « référent ».

 Quant aux petits-enfants, ils doivent avoir l’intelligence d’être à l’écoute des grands-parents, de retenir le maximum de ce qu’ils peuvent entendre ou voir parce que la tradition n’est pas seulement le savoir mais aussi des histoires de famille, des recettes de cuisine, une façon d’être et de parler, un accent, des petits gestes. Les petits-enfants doivent enregistrer tout ce patrimoine tout en sachant que leur rôle n’est pas d’imiter les grands-parents (contrairement à ce que certains aujourd’hui croient devoir faire). Le Judaïsme d’aujourd’hui ne peut pas être celui d’hier. Mais il doit néanmoins rester le Judaïsme de toujours. Pour eux, apprendre des grands-parents, ce n’est pas copier les anciens, c’est s’en inspirer pour transmettre à leur tour, un jour, le trésor identitaire qu’ils ont reçu.

 

 csicsic@aol.com

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Charles A. 29/04/2009 07:59

Merci Claude pour cette page qui m'a boueversé car c'est exactement ça les grands parents. je garde ce souvenir de mon grand pere qui m'a appris à lire et m'emmenait à la synagogue tout les samedi et pour les fetes. Dieu ait son ame.
merci pour ce blog trés vivant.
Shalom
Charles

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives