Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 16:40

Je vous fais partager le discours de Monsieur Joël MERGUI, Président du Consistoire Central de France.

Tout est dit et j'insiste particulièrement sur ce qui est notre devoir : NE PAS OUBLIER SIX MILLIONS DE MORTS;

20 AVRIL 2009

YOM HASHOAH

 

Discours de M. Joël Mergui,

Président du Consistoire Central, au Mémorial de la Shoah,

17 rue Geoffroy-l'Asnier 75004 Paris

 

 Le silence, le cri muet des 78 000 déportés de France, des six millions d'hommes de femmes et d'enfants livrés à la barbarie nazie qui  impose le recueillement est troublé cette année par les bruits de l'actualité.

 Pourquoi cette année l'actualité a-t-elle  pu franchir le seuil du Mémorial?

Les cris hideux des manifestants dans les rues de France et d'Europe en janvier, le bruit des appels  au boycott d'Israël dans les supermarchés et les universités  sont aujourd'hui  amplifiés: les Nations-Unies ont donné une tribune électorale internationale en ce jour de Yom HaShoah, à celui qui déclare que la Shoah est un mythe, qui veut détruire Israël pays construit par les mains des rescapés.

 

En confiant à un négationniste la vice présidence d'une conférence sur le racisme  n'était il pas prévisible que toutes les lignes rouges seraient franchies?

La longue liste des pays démocratiques ayant choisi de boycotter cette conférence dont les Etats-Unis, le Canada, l'Allemagne, la Pologne et la sortie des pays européens dont la France de la salle au moment du discours apporte un début de soulagement.

 Mais qu'est devenu le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies pour se mettre entre les  mains d'un dirigeant qui déclare vouloir rayer Israël de la carte et s'y prépare?

 Y aurait-il à nouveau deux sortes de Droits de l'Homme?

 

Mon indignation est forte.

Moins forte que l'amertume des survivants.

 

Nous  ne pouvons parler des déportés, des survivants sans marquer notre indignation  profonde face à ce déni de l'histoire.

Avant 1939 et jusqu'au dernier moment personne n'a voulu voir la ligne rouge, elle fut franchie et pourtant ne fut jamais considérée comme assez rouge.

La Nuit de cristal ce n'était pas une ligne assez rouge, les premières mesures, les lois scélérates rien n'était considéré comme assez rouge, ni même le sang versé.

 

Il y a quelques semaines Pourim, fête traditionnelle  nous ramenait en Perse où un danger mortel, un homme de pouvoir menaçait toute la communauté. Par une succession de circonstances et un courage hors du commun, ce malheur fut évité.

N'oublions pas que Yom Hashoah est aussi appelé  Yom HaGuévoura, la journée de l'héroïsme.

Le peuple juif ne sait pas oublier d'espérer,

 le peuple juif a toujours  devant les yeux une Promesse qui lui donne la force de se battre.

 

Le soir du Seder de Pessa'h, que nous venons de quitter,  de génération en génération nous commémorons l'espoir d'esclaves,   fils d'esclaves qui ont cru à la Parole de Moïse au point de  partir dans le désert avec pour seule nourriture quelques pains azymes. Depuis, chaque année nous rappelons la sortie d'Egypte lors des Seder. Et durant les années noires, dans les camps, il y eut aussi des seder.

Une telle capacité d'espoir semble impensable sauf pour ceux qui ont été nourris à la source de l'espoir 

 Aujourd'hui nous nous sentons parfois seuls, mais  nous ne pouvons rien laisser  passer car le silence est aussi une complicité inacceptable. 

 

Nous nous engageons devant vous qui êtes les témoins et les survivants, nous nous engageons envers ceux dont la mémoire nous a été confiée pour l'éternité, à toujours et partout nous lever et nous battre contre le négationnisme, contre l'antisémitisme et contre sa nouvelle version  l'antisionisme.

 

Il y a notre devoir de mémoire mais nous avons aussi un devoir d'avenir, une responsabilité pour l’avenir,pour maintenir vivante la flamme du judaïsme. Si dans 20 ans, nous commémorons ce Yom Ha Shoah, dans des synagogues vides, désertes, si plus personne ne sait lire le Kaddich alors cette commémoration aura perdu son sens.

Ils seront morts pour un héritage que nous n'avons pas su ou voulu préserver.

Etre juif c'est vouloir rester juif et vouloir que ses enfants soient juifs.

C'est une volonté exigeante, dérangeante, nos six millions étaient juifs et nous sommes leur famille juive, leur famille la plus proche.

C'est notre rôle de famille de continuer à partager les mêmes Fêtes, les mêmes chants, la même tradition, à redécouvrir le yiddishland.

A chacun de s'impliquer pour trouver sa place dans notre si longue histoire.

 

 

Les hommes et les femmes qui sont revenus des camps de la mort ont eu la force incommensurable de survivre à l'esclavage et à l'enfer.

 Ne nous laissons pas enfermer dans un esclavage contemporain où le droit à la différence d'être juif serait politiquement incorrect. Devons nous désormais  nous justifier de vouloir rester juifs,  de vouloir qu’un Etat, un seul et petit,  soit un Etat juif.

Etre juif c'est revendiquer notre histoire, notre  mémoire, notre  culture et vouloir la transmettre. Apprenons le yiddish, réapprenons les chants du Seder et étudions avec joie.

Certains de nos enfants apprennent le sanscrit et ne savent pas lire l'hébreu: notre humanisme notre ouverture à toutes les cultures ne doivent pas nous faire oublier la fierté de notre identité.

 

Avec la vigilance préalable imposée par le devoir de vérité, ce devoir d'avenir est le corollaire de notre devoir de mémoire, ensemble ils donnent tout son sens à cette journée internationale de Mémoire de la Shoah.

 

 

csicsic@aol.com

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Claude SICSIC
  • Le blog de Claude SICSIC
  • : La vie d'une communauté
  • Contact

Profil

  • Claude SICSIC
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste
  • Responsable communautaire, j'ai souhaité créer, avec ce blog, le lien humain et amical qui nous fait tant défaut dans ce monde égoïste

Recherche

Archives